Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Actualité Politique et Sociale > Liberté, vous avez dit liberté...

Liberté, vous avez dit liberté...

lundi 4 mai 2020 par Jean-Pierre Tricaud (ANC)

Parmi les failles béantes révélées par la crise pandémique, celles liées à la démocratie ne sont pas les moindres.

Et à plusieurs niveaux : sanitaire, économique, politique et bien sûr syndical.

Et si ce n’est pas tout à fait nouveau, le « macronisme » agit comme un accélérateur : Autoritarisme et opacité, mensonges et silences, violences et répression, tout continue comme avant en pire.

Cette crise et sa gestion par le pouvoir, marque le « rétrécissement de la politique autour d’un président tout-puissant, sans aucun contrôle ». (Samuel Hayat, Chercheur au CNRS).

Le Parlement n’existe plus, le Conseil constitutionnel, le Conseil d’État sont sous le boisseau.

C’est l’union sacrée derrière le guide, le sauveur. « Je tâcherai de dessiner le chemin » (Emmanuel Macron le 13 avril).

« Là où il y a une volonté il y-a un chemin » écrivait Lénine. Ne doutons pas de la volonté du Maître !!

Nos libertés collectives et notre liberté individuelle sont gravement menacées.

Le cours de notre vie, de nos vies, nous est imposé, dicté, et nous sommes « tracés » (Stop Covid).

Militants-es, Syndicalistes Retraités-es nous sommes « empêchés » dans notre fonction sociale qu’est notre activité et notre action syndicale : pas de déplacement, pas de réunion, pas d’accès à nos locaux…

Nous en sommes réduits au quasi silence, à fonctionner dans un cadre étriqué, suspendus à des décisions d’incompétents, de menteurs patentés, de cyniques technocrates.
Pourtant ce confinement fournit un surcroît de travail aux syndicalistes et le télétravail syndical c’est un peu compliqué.

Nous étions en plein combat contre Macron et son monde d’ultra-riches, nous résistions pied à pied à ses projets de foutre en l’air nos valeurs de solidarité et de sécurité sociale, et puis d’un coup d’un seul, plus rien. (Attention quand même ! Si la réforme des retraites est mise entre parenthèses, ils n’ont en rien renoncé à leur agenda néolibéral).

Par cette privation de libertés, ce pouvoir du Capital espère nous résigner, par l’arme de la peur, puisque « nous sommes en guerre ».

Nous allons être « dé-confinés », mais avec des contraintes particulières (de manière extensive, selon le Conseil scientifique), comment pourrons-donc aller à la rencontre des personnes qui sont le propre de notre syndicalisme, de notre militantisme ?
Pourtant nos mobilisations sont nécessaires.
Allons-nous attendre une autorisation de sortie par un nouvel édit du Roi ?

Cette situation exceptionnelle, cette exigence des citoyens, des salariés, des retraités, à davantage de démocratie apparaît plus urgente et indispensable que jamais.
Un processus démocratique de décisions, d’actions doit être lancées dans les entreprises, les communes, les quartiers ; nous devons nous rassembler, nous réunir, décider ensemble ce que sera le monde de demain.

Pour ne pas continuer et recommencer avec ce et ceux qui nous ont amenés dans cette crise.
Pour nous, les premiers de corvées contre les premiers de cordées.

JEAN-PIERRE TRICAUD
MILITANT SYNDICAL CGT
MEMBRE ANC

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?