Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Société, Culture, Environnement > Le Capitalisme détruit l’« espace opérationnel sûr » de l’humanité

Le Capitalisme détruit l’« espace opérationnel sûr » de l’humanité

lundi 6 juillet 2020 par Nafeez Ahmed

La pandémie de COVID19 a mis en évidence une étrange anomalie dans l’économie mondiale. Si elle ne continue pas à croître sans fin, elle se brise tout simplement. Croître, ou mourir.
Mais il y a un problème plus profond. De nouvelles recherches scientifiques confirment que l’obsession structurelle du capitalisme pour une croissance sans fin détruit les conditions mêmes de la survie de l’homme sur la planète Terre.

Une étude marquante publiée dans la revue Nature, intitulée « Scientists’ warning on affluence » (Avertissement des scientifiques sur l’abondance) – par des scientifiques australiens, suisses et britanniques – conclut que le moteur le plus fondamental de la destruction de l’environnement est la surconsommation des super-riches.

Ce facteur s’ajoute à d’autres tels que la consommation de combustibles fossiles, l’agriculture industrielle et la déforestation : car c’est la surconsommation des super-riches qui est le principal moteur de ces autres facteurs.

L’étude note que les 10 % les plus riches sont responsables de jusqu’à 43 % des impacts environnementaux mondiaux destructeurs. En revanche, les 10 % les plus pauvres de la planète ne sont responsables que d’environ 5 % de ces impacts environnementaux :

« Ces conclusions signifient que l’impact environnemental est dans une large mesure causé et dirigé par les citoyens riches du monde ».

Cette nouvelle étude est rédigée par Thomas Wiedmann de l’École d’ingénierie civile et environnementale de l’UNSW Sydney, Manfred Lenzen de l’École de physique de l’Université de Sydney, Lorenz T. Keysser du Département des sciences des systèmes environnementaux de l’ETH Zürich et Julia K. Steinberger de l’École de la terre et de l’environnement de l’Université de Leeds.

Elle confirme que les inégalités structurelles mondiales dans la répartition des richesses sont intimement liées à une crise environnementale croissante qui menace l’existence même des sociétés humaines.

Synthétisant les connaissances de l’ensemble de la communauté scientifique, le document identifie le capitalisme comme la principale cause des « tendances alarmantes de la dégradation de l’environnement » qui constituent désormais « des menaces existentielles pour les systèmes naturels, les économies et les sociétés ».

L’étude conclut :

« Il est clair que les systèmes économiques capitalistes dominants, axés sur la croissance, ont non seulement augmenté l’abondance depuis la Seconde Guerre mondiale, mais ont également conduit à d’énormes augmentations des inégalités, de l’instabilité financière, de la consommation des ressources et des pressions environnementales sur les systèmes vitaux de la Terre ».

Le capitalisme et la pandémie

L’étude montre que grâce au fonctionnement du capitalisme, les super-riches sont incités à continuer à s’enrichir – au détriment de la santé de nos sociétés et de la planète dans son ensemble.

La recherche fournit un contexte scientifique important pour comprendre les nombreuses études scientifiques antérieures qui révèlent que l’expansion industrielle a énormément augmenté les risques d’apparition de nouvelles maladies.

En avril dernier, un article paru dans la revue Landscape Ecology a révélé que la déforestation due à l’augmentation de la demande de produits agricoles ou de viande bovine a augmenté la probabilité que des « zoonoses » (maladies exotiques circulant parmi les animaux) se transmettent à l’homme. En effet, l’expansion industrielle, poussée par les pressions capitalistes, a intensifié l’empiètement des activités humaines sur la faune et les écosystèmes naturels.

Il y a deux ans, une autre étude de Frontiers of Microbiologya conclu sans ambages que l’accélération de la déforestation due à la « croissance démographique » et à l’expansion connexe de « l’agriculture, de l’exploitation forestière et de la chasse », transforme dangereusement l’environnement rural.

Davantage d’espèces de chauves-souris porteuses de virus exotiques se sont retrouvées à côté des habitations humaines, selon l’étude. Cela augmente « le risque de transmission de virus par contact direct, d’infection des animaux domestiques ou de contamination par les déjections ».

Il est difficile d’éviter la conclusion selon laquelle la pandémie de Covid-19 est directement issue de l’impact des activités humaines. Comme le confirme le nouvel article paru dans Nature, ces impacts se sont accélérés dans le contexte des opérations fondamentales du capitalisme industriel.

Érosion de l’ « espace opérationnel sûr »

Le résultat est que le capitalisme pousse les sociétés humaines à menacer de plus en plus les frontières clés de notre planète, telles que le changement d’utilisation des terres, l’intégrité de la biosphère et le changement climatique.

Il est essentiel de rester à l’intérieur de ces frontières pour maintenir ce que les scientifiques décrivent comme un « espace opérationnel sûr » pour la civilisation humaine. Si ces écosystèmes clés sont perturbés, cet « espace opérationnel sûr » commencera à s’éroder. Les répercussions mondiales de la pandémie de Covid-19 sont une autre indication claire que ce processus d’érosion a déjà commencé.

« Les preuves sont claires », écrivent Weidmann et ses co-auteurs.

« Le bien-être humain et planétaire simultané à long terme ne sera pas atteint dans l’Anthropocène si la surconsommation des super-riches se poursuit, stimulée par des systèmes économiques qui exploitent la nature et les humains. Nous constatons que, dans une large mesure, les modes de vie des super-riches déterminent l’impact environnemental et social mondial. En outre, les mécanismes du commerce international permettent au monde riche de déplacer son impact sur les pauvres du monde entier ».

Les nouvelles recherches scientifiques confirment donc que le fonctionnement normal du capitalisme érode l’ »espace de sécurité » grâce auquel la civilisation humaine peut survivre.

Les structures

Le document explique également en détail comment cela se passe. Les super-riches finissent par faire avancer ce système destructeur de trois manières principales.

  • - Premièrement, ils sont directement responsables de « l’utilisation des ressources biophysiques… par une consommation élevée ».
  • - Deuxièmement, ils sont « membres de puissantes factions de la classe capitaliste ».
  • - Troisièmement, en raison de ce positionnement, ils finissent par « imposer des normes de consommation à toute la population ».

Mais l’idée la plus importante de ce document n’est pas de rejeter toute la faute sur les individus super-riches. L’article dénonce avant tout les pressions systémiques produites par les structures capitalistes.

Les auteurs soulignent ce point : « Les impératifs de croissance sont actifs à de multiples niveaux, faisant de la poursuite de la croissance économique (investissement net, c’est-à-dire investissement supérieur à la dépréciation) une nécessité pour différents acteurs et conduisant à l’instabilité sociale et économique en son absence ».

Au cœur du capitalisme se trouve une relation sociale fondamentale définissant la manière dont les travailleurs sont systématiquement marginalisés de l’accès aux ressources productives de la terre, ainsi que les mécanismes utilisés pour extraire ces ressources et produire des biens et des services.

Cela signifie que pour survivre économiquement dans ce système, certains modèles comportementaux ne sont pas seulement normalisés, mais semblent entièrement rationnels – du moins dans une perspective limitée qui ignore les conséquences sociétales et environnementales plus larges.

Selon les termes des auteurs :

« Dans un système capitaliste, les travailleurs sont séparés des moyens de production, ce qui implique qu’ils doivent être compétitifs sur le marché du travail pour vendre leur force de travail aux capitalistes afin de gagner leur vie ».

En attendant, les entreprises qui possèdent et contrôlent ces moyens de production « doivent être compétitives sur le marché, ce qui entraîne la nécessité de réinvestir les profits dans des processus de production plus efficaces afin de minimiser les coûts (par exemple en remplaçant la force de travail humaine par des machines et des rendements d’échelle positifs), l’innovation de nouveaux produits et/ou la publicité pour convaincre les consommateurs d’acheter plus ».

Si une entreprise ne parvient pas à rester compétitive en adoptant de tels comportements, « elle fait faillite ou est reprise par une entreprise plus performante. Dans des conditions économiques normales, cette concurrence capitaliste devrait conduire à une dynamique de croissance globale ».

L’ironie est que, comme le montre également le document, la « richesse » accumulée par les super-riches n’est pas corrélée au bonheur ou au bien-être.

Restructuration

La domination « hégémonique » du capitalisme mondial est donc le principal obstacle à la transformation systémique nécessaire pour réduire la surconsommation.

Il ne suffit donc pas d’essayer de rendre la consommation actuelle plus « verte » grâce à des technologies comme les énergies renouvelables. Nous devons en fait réduire notre impact sur l’environnement en changeant nos comportements et en nous concentrant sur la réduction de notre utilisation des ressources planétaires :

« Non seulement l’innovation technologique ne permet pas de dissocier suffisamment les incidences environnementales et sociales négatives de la croissance économique, mais le mécanisme axé sur le profit des systèmes économiques dominants empêche la nécessaire réduction des impacts et de l’utilisation des ressources en soi.« 

La bonne nouvelle est qu’il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi.

Le document passe en revue une série d’ »études ascendantes » montrant que des réductions spectaculaires de notre empreinte matérielle sont parfaitement possibles tout en maintenant un bon niveau de vie matériel.

En Inde, au Brésil et en Afrique du Sud, « un niveau de vie décent » peut être soutenu « avec une utilisation d’énergie par habitant inférieure d’environ 90 % à celle actuellement consommée dans les pays riches ». Des réductions similaires sont possibles pour les économies industrielles modernes telles que l’Australie et les États-Unis.

En prenant conscience de la manière dont le système économique au sens large encourage des comportements destructeurs pour les sociétés humaines et les écosystèmes planétaires essentiels à la survie de l’humanité, les travailleurs ordinaires et les secteurs plus riches – y compris les super-riches – peuvent travailler à la réécriture du système d’exploitation économique mondial.

Cela peut se faire en restructurant la propriété des entreprises, en égalisant les relations avec les travailleurs et en réorganisant intentionnellement la manière dont les décisions sont prises concernant les priorités d’investissement.

Le document souligne que les citoyens et les communautés ont un rôle crucial à jouer pour s’organiser, améliorer les efforts d’éducation du public sur ces questions clés et expérimenter de nouvelles façons de travailler ensemble pour atteindre des « points de basculement sociaux », c’est-à-dire des points où l’action sociale peut catalyser un changement de masse.

Si un sentiment de malheur et d’apathie quant aux perspectives d’un tel changement est compréhensible, des preuves de plus en plus nombreuses fondées sur la science des systèmes suggèrent que le capitalisme mondial tel que nous le connaissons est dans un état de crise et d’effondrement prolongé qui a commencé il y a quelques décennies.

Cette étude soutient fortement l’idée que, alors que la civilisation industrielle atteint les dernières étapes de son cycle de vie systémique, il existe des possibilités sans précédent pour des actions et des efforts à petite échelle d’avoir des impacts importants sur l’ensemble du système.

Ce nouveau document montre que la nécessité d’une action conjointe est primordiale : le racisme structurel, la crise environnementale, les inégalités mondiales ne sont pas vraiment des crises distinctes – mais différentes facettes de la relation brisée de la civilisation humaine avec la nature.

Mais, bien sûr, le plus important est que ceux qui portent la plus grande responsabilité dans la destruction de l’environnement – ceux qui détiennent le plus de richesses dans nos sociétés – doivent de toute urgence prendre conscience que leurs modèles de vie étroits détruisent littéralement les bases de la survie de l’humanité dans les décennies à venir.

Source : Medium
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises


Voir en ligne : https://www.les-crises.fr/le-capita...


* Le Dr Nafeez Ahmed est le directeur exécutif du System Shift Lab. Il est chercheur au Schumacher Institute for Sustainable Systems et membre de la Royal Society of Arts. Journaliste d’investigation primé, il est rédacteur en chef de la plateforme de journalisme d’investigation participative INSURGE intelligence.

Auparavant, il a tenu un blog sur l’environnement dans le Guardian, où il a couvert la géopolitique des crises environnementales, énergétiques et économiques interconnectées. Il a été chercheur invité au Global Sustainability Institute de l’université Anglia Ruskin, où il a produit son dernier livre, Failing States, Collapsing Systems : BioPhysical Triggers of Political Violence (Springer, 2017). Il a remporté le prix de l’essai Routledge-GCPS 2010 et le prix 2015 Project Censored Award for Outstanding Investigative Journalism.

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?