Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > L’ONU lance un plan de lutte contre le COVID-19 à la Triple Frontière (...)

L’ONU lance un plan de lutte contre le COVID-19 à la Triple Frontière amazonienne

mercredi 9 septembre 2020 par coco Magnanville

Les activités du plan d’action des Nations unies consistent en 25 points répartis en sept sections : santé ; sécurité alimentaire et nutrition ; eau, assainissement et hygiène ; abris temporaires ; protection ; éducation d’urgence et relèvement rapide.

L’ONU lance son plan d’action pour lutter contre le coronavirus à la triple frontière amazonienne

noticias ONU, 8 septembre 2020 -
La pandémie de coronavirus a un impact dévastateur sur la région amazonienne, à la fois sur ses habitants et sur leurs moyens de subsistance, et en particulier sur les communautés indigènes qui souffrent de taux de mortalité extrêmement élevés, y compris la mortalité infantile et maternelle, la pauvreté structurelle et le manque de soins de santé et d’infrastructures.

Face à cette situation complexe, les Nations unies ont récemment présenté un plan d’action pour résoudre le problème de la triple frontière amazonienne qui comprend le Brésil, la Colombie et le Pérou.

Les taux de mortalité du COVID-19 dans ces régions, qui ont les plus grandes extensions de territoire en Amazonie accueillant plus de 400 communautés indigènes et une population d’environ six millions de personnes, dépassent de loin les chiffres enregistrés dans leur propre pays.

Par exemple, dans la capitale du département colombien de l’Amazonas, Leticia, on compte 234 décès pour 100 000 habitants, ce qui est loin des 29 décès pour 100 000 habitants du pays producteur de café.

"Dans le reste du département, en particulier dans les parties éloignées des contextes urbains, l’absence d’installations médicales indiquerait des proportions encore plus élevées ; cependant, les preuves sont limitées ou inexistantes", précise le plan.

Un cas similaire se produit dans l’État péruvien du Loreto, où l’on compte plus de 143 décès pour 100 000 habitants, un chiffre supérieur aux 77 décès pour 100 000 habitants du pays andin.

"On estime que les indigènes de la partie brésilienne de la Triple Frontière ont 47% de chances de plus de mourir de la maladie que la population indigène moyenne du Brésil", note le rapport.

Peur de la perte des connaissances traditionnelles

Dans ce contexte de mortalité élevée, les communautés indigènes ont exprimé leur inquiétude face à la menace que représente la maladie, car nombre d’entre elles se trouvent dans des régions éloignées ; à leur manque d’installations médicales ; et au fait que leurs habitants sont extrêmement vulnérables au COVID-19 en raison de leur capacité immunitaire réduite et de leur manque de conditions pour y faire face

La situation des anciens est particulièrement grave. En raison de leurs connaissances ancestrales, ils sont les personnes chargées de maintenir la culture et les coutumes traditionnelles de leurs peuples. La principale crainte est que la pandémie n’affecte et n’efface d’une manière ou d’une autre leur mode de vie et leurs traditions.

En outre, ces zones, dont beaucoup sont difficiles d’accès, reçoivent peu d’attention et de services de base de la part des États et certaines ne sont même pas municipalisées et ne reçoivent donc pas de ressources de l’État pour gérer ces services.

"En conséquence, la pauvreté structurelle peut atteindre plus de 80% de la population dans la région et les niveaux d’informalité sont extrêmement élevés, atteignant presque 100% dans certaines zones rurales. En conséquence, les indicateurs dans ces domaines - avant la pandémie - étaient parmi les plus mauvais de tous les pays", indique le rapport.

Des taux élevés de mortalité infantile et maternelle

Les principales causes de mortalité infantile dans la région, avec des indicateurs nettement supérieurs aux moyennes nationales, sont les infections respiratoires et les diarrhées aiguës.

"L’incidence de la diarrhée aqueuse est de 19,1 pour 100 000 personnes en Amazonie colombienne, contre 3,0 à l’échelle nationale. Le taux de mortalité infantile est de 46,9 pour mille naissances dans la région", précise l’étude.

Elle souligne également que "le pays a également les taux de mortalité maternelle les plus élevés du pays, jusqu’à six fois la moyenne nationale, ce qui illustre l’insuffisance des infrastructures sanitaires générales et les grands défis logistiques de la région.

Le plan indique que cette situation est similaire dans la zone frontalière des trois pays.

Les épidémies de maladies telles que le paludisme, la dengue et le chigunguña sont également fréquentes, et le manque d’accès à l’eau potable peut atteindre 70 à 80 %.

Pas de santé...et pas de nourriture

Dans la section sur la sécurité alimentaire, "dans le département d’Amazonas en Colombie, on estime que 59% de la population souffre d’une insécurité alimentaire modérée ou grave ; dans les zones frontalières du Brésil, ce chiffre est de 42%, tandis que dans les zones frontalières du Pérou, il est estimé à 49%".

Dans ces régions, plus de 70 % des biens proviennent d’autres parties du pays, les prix augmentant par la suite, et les contraintes sanitaires contraignent les gens à rester chez eux pour éviter l’infection, ce qui compromet encore plus leur capacité à assurer leur sécurité alimentaire et leurs moyens de subsistance.

"La proximité des communautés entre les trois pays - parfois seulement séparées par une route et toujours reliées par le fleuve Amazone - exige des interventions coordonnées pour atténuer l’impact de la pandémie en mettant l’accent sur une action sans préjugés. Toutes les communautés de la région dépendent du fleuve pour le commerce et pour jusqu’à 70% de leurs approvisionnements", note l’étude.

Les activités du plan d’action des Nations unies consistent en 25 points répartis en sept sections : santé ; sécurité alimentaire et nutrition ; eau, assainissement et hygiène ; abris temporaires ; protection ; éducation d’urgence et relèvement rapide.

source d’origine https://news.un.org/es/story/2020/09/1480132

traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 08/09/2020


Voir en ligne : http://cocomagnanville.over-blog.co...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?