Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Parti communiste de la Fédération de Russie : Solidarité internationale contre (...)

Parti communiste de la Fédération de Russie : Solidarité internationale contre les activités impérialistes de la Turquie.

lundi 21 décembre 2020 par Parti communiste de la Fédération de Russie

L’échec du coup d’État militaire en Turquie en 2016 a inauguré une nouvelle ère de la politique intérieure et extérieure du pays. Après avoir nettoyé l’arène politique de la Turquie, la bourgeoisie à l’esprit national s’est tournée vers l’escalade de l’expansion extérieure.
La Syrie a été une sorte de début "littéraire" pour l’impérialisme turc où, sous prétexte de lutter contre la menace terroriste et d’établir une zone de sécurité dans le nord, le régime rétrograde a procédé à l’élimination de l’autonomie kurde.
En 2020, la Libye, encore un autre pays presque détruit par les puissances impérialistes, s’est avérée être un obstacle aux intérêts "nationaux" turcs.

Les efforts impérialistes de la partie la plus franche de la classe dirigeante turque ont été les plus prononcés dans la position de la Turquie dans le conflit sur le territoire du Haut-Karabakh où elle s’est ouvertement rangée du côté de l’Azerbaïdjan. Au cours des dernières décennies, les plans ambitieux de la bourgeoisie turque se sont transformés en néo-ottomanisme et en pan-turcisme étendant leur influence sur le territoire post-soviétique, et cela devient un facteur essentiel de la politique internationale.

Des idées qui remontent à loin dans le passé sont aujourd’hui demandées par la bourgeoisie turque comme instrument de promotion des ambitions impérialistes tant dans l’ex-URSS que dans d’autres pays.

En fait, l’idée, en tant que telle, n’est pas nouvelle. Dans les dernières années de l’URSS, les représentants des organisations sociales et politiques non gouvernementales de Turquie ont été les premiers à établir des contacts avec les cercles de républiques à orientation nationaliste. À leur invitation, des visiteurs des républiques du Caucase, d’Asie centrale, de la région de la Volga et de Sibérie ont commencé à venir.

L’effondrement de l’URSS a contribué aux contacts au niveau gouvernemental - les républiques turcophones de l’ex-URSS ont d’abord reçu la visite du ministre des affaires étrangères, puis celle du Premier ministre de Turquie.

Les principaux domaines dans lesquels la Turquie peut exercer une influence sur les républiques turcophones du territoire post-soviétique ont été définis :

  • 1) La coopération économique, qui concerne non seulement le commerce, mais aussi l’aide financière et économique de la Turquie aux républiques turcophones et musulmanes ;
  • 2) Des activités culturelles et de sensibilisation impliquant l’ouverture d’établissements d’enseignement turcs, l’invitation d’étudiants à étudier en Turquie, la diffusion d’émissions de radio et de télévision turques ;
  • 3) Introduction d’idées visant à latiniser les langues turques de l’ex-URSS et, selon les groupes intéressés en Turquie, cela devrait contribuer à renforcer l’influence turque dans la culture des peuples turcophones.

Le fait est que les cercles pan-turcistes s’attendent à passer d’un alphabet unique à une langue unique, puis à une communauté nationale unique et, enfin, à la création d’un État unique dans lequel la Turquie jouera un rôle dominant.

C’est là qu’apparaissent les "Centres de la culture turque" créés par la Fondation Yunus Emre, qui jouent un rôle majeur dans la promotion des idées du néo-ottomisme et du pan-turcisme. Ces centres ont été initiés par le Président de la République de Turquie de l’époque, Abdullah Gül.

Dans les centres établis dans différents pays, les idées du néo-ottomisme sont promues sous la forme d’activités éducatives, et des instruments de "soft power" sont créés pour faire avancer les desseins impérialistes et nationalistes de la bourgeoisie turque. Par exemple, lors de l’ouverture d’un de ces centres, le président Abdullah Gül, qui était personnellement présent, a fait remarquer que les centres Yunus Emre de la culture turque sont le pouvoir "invisible" de la Turquie.

Il y a quelque temps, même en Russie, deux centres de ce type, à Moscou et à Kazan, ont été créés. Le centre de Kazan a été ouvert le 28 septembre 2012. M. Ihsan Demirbas, un ressortissant turc, était le directeur du Centre. Le Centre de Kazan a été officiellement fermé en 2016. Cependant, il semble que le Centre de Kazan soit simplement passé dans la clandestinité et, en fait, continue à faire avancer les idées du néo-Ottomanisme parmi les peuples turcs de la région de la Volga en Russie.
Il donne des séminaires et des conférences, et invite même des professeurs étrangers, en utilisant activement les technologies modernes en ligne. Même en avril-mai 2020, dans le contexte d’une pandémie mondiale, on a tenté d’organiser une fête turque avec la participation massive des enfants du Tatarstan.

Aujourd’hui, l’impérialisme turc est ouvertement en compétition pour la domination sur le territoire de l’ancienne URSS et utilise pour cela différentes méthodes - de la force douce à la force militaire bien réelle.

La Turquie assume ouvertement le rôle d’hégémonie du territoire post-soviétique, le consolidateur de tous les peuples turcs. Elle utilise l’escalade de la situation économique, politique et interethnique dans le territoire post-soviétique. Les cercles capitalistes de la Turquie, par inertie, cherchent des opportunités pour résoudre les problèmes intérieurs par l’expansion des marchés et l’impact sur leurs voisins immédiats.

Dans ces conditions difficiles, la position des communistes turcs est digne d’un respect particulier. Ils mènent une campagne bien pensée pour éduquer la population locale, exposent ouvertement les efforts impérialistes de la bourgeoisie nationale et les moyens qu’elle utilise.

Ces dernières années, le Parti communiste de Turquie a gagné en puissance politique et a renforcé sa position parmi les membres de la classe ouvrière.

En même temps, il est évident que le parti a dû faire face à la pression accrue des cercles dirigeants. Les répressions ont même touché le secrétaire général du parti, Kemal Okuyan, qui a été arrêté sous le prétexte fallacieux d’insulter le président Erdogan. Il existe des faits connus d’attaques de groupes armés contre des participants aux événements du parti.

Et pourtant, malgré toutes les tentatives de suspendre le Parti communiste de Turquie des élections locales (en 2019), pour la première fois dans l’histoire du pays, un communiste est devenu maire d’une grande ville.

Pour les élites locales, la victoire du candidat communiste est venue de nulle part ; elle n’était pas attendue, même hypothétiquement. Tous ces faits montrent clairement que, tandis que la crise générale du capitalisme s’aggrave, que les contradictions sociales s’accentuent et que la tension internationale s’intensifie, de plus en plus de gens commencent à comprendre que seul un système basé sur l’égalité et la justice est une alternative au contexte actuel. La demande de gauchisme s’accroît partout dans le monde.

L’impérialisme n’a pas de frontières. Les partis communistes, principalement de l’ex-URSS, devraient riposter avec force contre les tentatives d’implantation de l’idéologie bourgeoise sous quelque forme que ce soit, ce qui inclut sans aucun doute le néo-ottomanisme et le pan-turcisme.

Ce n’est que grâce aux efforts conjoints des partis communistes et ouvriers, à leurs contre-récits actifs, que nous pourrons mettre un terme aux tentatives de transformer le territoire post-soviétique en une zone de conflits interethniques.

Comité de la ville de Kazan du PCFR

source  : http://www.solidnet.org/article/CP-of-the-Russian-Federation-International-Solidarity-against-Imperialists-Endeavors/


Voir en ligne : http://mouvementcommuniste.over-blo...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?