Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > « Bastion social » : les secrets du nouveau GUD

« Bastion social » : les secrets du nouveau GUD

mercredi 6 juin 2018 par Marine Turchi et Mathieu Suc

Les divisions et l’amateurisme de l’extrême droite radicale l’ont poussée à se réorganiser. Un nouveau mouvement – Bastion social – s’est créé sur les décombres du GUD (Groupe Union Défense), avec l’objectif de sortir de la marginalité politique. Il s’inspire directement des néofascistes italiens de CasaPound.

Ils veulent sortir de la marginalité politique en alliant bataille culturelle et action sociale. Depuis près d’un an, ils inaugurent, ville par ville, des locaux : Lyon, Chambéry, Strasbourg, Aix-en-Provence, Angers, Clermont-Ferrand et, plus récemment, Marseille. Avec la même devise : « autonomie, identité, justice sociale ». Dans leur communication, ils mettent en avant leurs collectes et distributions alimentaires, nettoyages de lieux publics, maraudes de soutien aux personnes sans domicile. Mais cette aide est conditionnée à un critère : la nationalité française.

Car derrière ce vernis social, le label “Bastion social” n’est rien d’autre qu’une émanation du Groupe Union Défense (GUD), une organisation d’extrême droite violente. Ce réseau, structuré et national, est suivi de près par les services de renseignement français. Courant mai, un haut responsable desdits services confirmait l’intention portée au Bastion, seule structure « classique » de l’ultra-droite à ne pas être, selon lui, « moribonde ».

Affrontements urbains, altercations dans les universités : ces dernières semaines, le groupuscule a beaucoup fait parler de lui. À Lyon, plusieurs de ses membres, dont son président, Steven Bissuel, 24 ans, ont été mis en examen pour « violences aggravées » à la suite d’une rixe avec des anti-fascistes, et ont interdiction de se rendre dans le Vieux Lyon la nuit, comme l’a relaté Rue89 Lyon.

À Aix-en-Provence, un militant a été condamné à quatre mois de prison ferme après l’agression d’un couple d’origine maghrébine. À Paris, le mouvement a défilé le 9 mai aux côtés des groupes d’extrême droite les plus radicaux.

Certains élus ont demandé sa dissolution. Mais le mouvement poursuit son développement : du 29 juin au 1er juillet, il organisera sa première université d’été, en Bourgogne, pour « faire émerger les cadres nationalistes-révolutionnaires de demain ».

Lire la suite ici.

Légende photo  : Manifestation du Bastion social à Aix-en-Provence, le 29 mai 2018. © Page Facebook du Bastion social.


Voir en ligne : https://www.mediapart.fr/journal/fr...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.