Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > International > Noam Chomsky sur Donald Trump et la doctrine « moi d’abord ».

Noam Chomsky sur Donald Trump et la doctrine « moi d’abord ».

Dans le jargon de Trumpien, « America First » signifie « moi d’abord » et tant pis pour les conséquences pour le pays ou le monde.

lundi 9 juillet 2018 par C.J. Polychroniou pour Alternet

L’annulation soudaine par le président Trump du prochain sommet sur la dénucléarisation avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un n’est que le dernier exemple de l’approche follement erratique de Trump en matière de politique étrangère.

Alors que les politiques intérieures de Trump semblent être guidées par des objectifs clairs – augmenter les profits des entreprises, défaire toutes les politiques de l’administration Obama et apaiser la base anti-immigrés de Trump – les impératifs de la politique étrangère américaine sous Trump restent un mystère.

Dans cet entretien exclusif, Noam Chomsky, linguiste de renom et intellectuel médiatique, met en lumière les réalités et les dangers des relations étrangères à l’ère du « capitalisme gangster » et du déclin des États-Unis en tant que superpuissance.

C. J. Polychroniou  : Noam, Donald Trump s’est hissé au pouvoir avec « America First » comme slogan clé de sa campagne électorale. Cependant, si l’on regarde ce que son administration a fait jusqu’à présent sur le front national et international, il est difficile de voir comment ses politiques contribuent au bien-être et à la sécurité des États-Unis. Avec cela à l’esprit, pouvez-vous décoder pour nous la politique de Trump « America First » en ce qui concerne les relations internationales ?

Noam Chomsky  : Il est tout naturel de s’attendre à ce que les politiques soient conçues dans l’intérêt de leurs concepteurs et de leurs électeurs réels – et non prétendus – et à ce que le bien-être et la sécurité de la société soient accessoires. Et c’est ce que nous découvrons couramment. Nous pourrions nous rappeler, par exemple, les commentaires francs sur la Doctrine Monroe par le secrétaire d’État de Woodrow Wilson, Robert Lansing : « Dans leur plaidoyer en faveur de la doctrine Monroe, les États-Unis tiennent compte de leurs propres intérêts. L’intégrité des autres nations américaines est un accessoire et non une fin. Bien que cela puisse sembler fondé uniquement sur l’égoïsme, l’auteur de la Doctrine n’avait pas de motif plus élevé ou plus généreux dans sa déclaration ». L’observation se généralise dans les affaires internationales, et la même logique s’applique à l’intérieur de la société.

Il n’y a rien d’essentiellement nouveau dans « America First », et « America » ne signifie pas l’Amérique, mais plutôt les concepteurs et leur clientèle actuelle.

Dans le jargon de Trump, « America First » signifie « moi d’abord » et tant pis pour les conséquences pour le pays ou le monde. Une illustration typique est la réalisation politique dont l’administration Trump-Ryan-McConnell est la plus fière : le projet de loi fiscale – ce que Joseph Stiglitz a appelé à juste titre « The US Donor Relief Act of 2017 ». Elle contribue très directement à la prospérité de leurs électeurs : la richesse privée et le pouvoir des entreprises. Il profite indirectement à son électorat réel par la technique républicaine standard (depuis Reagan) de faire exploser la dette comme prétexte pour saper les programmes sociaux, qui sont les prochaines cibles des républicains. Le projet de loi présente donc un avantage réel pour son électorat et nuit gravement à la population en général.

En ce qui concerne les affaires internationales, dans le jargon trumpien, « America First » signifie « moi d’abord » et tant pis pour les conséquences pour le pays ou le monde. La doctrine du « moi d’abord » a un corollaire immédiat : il est nécessaire de maintenir la base en phase avec les fausses promesses et la rhétorique enflammée, tout en ne s’aliénant pas l’électorat réel. Il s’ensuit également qu’il est important de faire le contraire de ce qui a été fait par Obama. Trump est souvent appelé « imprévisible », mais ses actions sont hautement prévisibles sur ces principes simples.

Sa décision la plus importante, et de loin, a été de se retirer des négociations de Paris sur le changement climatique et de mettre en pièces les efforts pour prévenir une catastrophe environnementale – une menace extrêmement grave et non lointaine. Tout cela est tout à fait prévisible sur les principes de base que je viens de mentionner.

La décision profite à son électorat réel : les entreprises du secteur de l’énergie, l’industrie automobile (la plupart d’entre elles) et d’autres qui recherchent l’impératif du profit à court terme. Considérez le membre peut-être le plus respecté et « modéré » de l’équipe Trump, l’ancien PDG d’ExxonMobil Rex Tillerson, viré parce qu’il était trop tendre. Nous savons maintenant que les scientifiques d’ExxonMobil étaient en pointe dans les années 1970 dans la détection de la terrible menace du réchauffement climatique – faits sûrement connus du PDG, qui a présidé aux efforts visant à maximiser la menace et à financer le déni de ce que la direction savait être vrai – tout cela pour se bourrer les poches de quelques un de plus de dollars avant que nous ne disions « adieu » à la vie humaine organisée, dans un avenir pas si lointain.

Il est difficile de trouver les mots pour décrire un tel comportement.

Cette décision fait également séduit également son électorat prétendu : la base électorale. La moitié des républicains nient que le réchauffement climatique est en train de se produire et, pour le reste, une majorité d’entre eux pensent que les humains peuvent y jouer un rôle. Il est douteux que quelque chose de comparable existe ailleurs.

Et, bien sûr, la décision inverse une initiative d’Obama, ce qui permet de s’en tenir à des principes élevés.

L’augmentation par Trump du budget militaire déjà colossal représente environ 80 pour cent du budget militaire russe total. On ne saurait trop insister sur le fait étonnant que le pays le plus puissant de l’histoire du monde refuse de se joindre au monde en faisant au moins quelque chose – dans certains cas beaucoup de choses – au sujet de cette menace existentielle pour la vie humaine organisée (et pour les espèces qui disparaissent à mesure que la Sixième extinction progresse dans son cours mortel). Et en plus, il consacre ses efforts à accélérer la course au désastre. Et non moins étonnant est l’incapacité à mettre en évidence, voire à discuter de cette situation extraordinaire. Compte tenu de l’enjeu, il est difficile de trouver un parallèle historique.

Suite de l’article Ici. Les Crises.


Voir en ligne : https://www.alternet.org/noam-choms...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.