Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Films |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Vladimir Poutine liste ses exigences pour mettre fin à la guerre en (...)

Vladimir Poutine liste ses exigences pour mettre fin à la guerre en Ukraine

samedi 15 juin 2024 par Traduction Odette Auzenge

Ce dont la presse française ne vous informera pas.

Lu dans les dépêches russes d’aujourd’hui.

Quatre conditions pour les négociations avec Kyiv.

Poutine s’est exprimé au ministère des Affaires étrangères. Le président russe Vladimir Poutine, lors d’une réunion avec les dirigeants du ministère russe des Affaires étrangères, a cité quatre conditions pour les négociations avec l’Ukraine, notamment le retrait des forces armées ukrainiennes du Donbass et de Novorossiya et le refus de Kiev d’adhérer à l’OTAN.
Selon lui, la Russie considère qu’il est nécessaire d’accorder à l’Ukraine un statut neutre, non aligné et dénucléarisé, ainsi que la levée de toutes les sanctions occidentales. TASS a rassemblé les principales déclarations du président.

Sur les termes des négociations avec Kyiv.
Dès que Kiev commencera à retirer ses troupes du Donbass et de Novorossiya « à l’intérieur de leurs frontières administratives qui existaient au moment de leur entrée en Ukraine » et « notifiera officiellement l’abandon des projets d’adhésion à l’OTAN », la Russie cessera le feu et sera prête aux négociations.

La Russie considère que le statut neutre, non aligné et dénucléarisé de l’Ukraine et la levée de toutes les sanctions occidentales sont des conditions nécessaires.

À propos du conflit ukrainien.
Les peuples de Russie et d’Ukraine trouveraient un moyen de résoudre équitablement tous les problèmes, mais la raison du conflit qui a éclaté réside dans la politique « sans cérémonie » et « absolument aventureuse » de l’Occident. La Russie n’a pas déclenché la guerre dans le cadre d’une opération spéciale, c’est le régime de Kiev qui a commencé et poursuit les hostilités : « C’est une agression ».

Moscou a appelé les autorités de Kiev à retirer leurs troupes du Donbass et à résoudre ainsi le conflit dans la région, mais « cette proposition a été immédiatement et pratiquement rejetée ». La Russie « a pris les accords de Minsk très au sérieux ». La volonté des habitants des régions du Donbass, de Novorossiya, de Kherson et de Zaporozhye d’être aux côtés de la Russie est inébranlable, "cette question est définitivement close".

Sur la formation de la multipolarité.
La Russie doit formuler son agenda politique "avec ses partenaires, proposer de discuter des options pour résoudre les questions fondamentales dans le cadre d’une discussion ouverte et constructive". Le monde évolue rapidement, de plus en plus de pays aspirent à l’autosuffisance : « C’est sur la base de la nouvelle réalité politique et économique que se dessinent aujourd’hui les contours d’un ordre mondial multipolaire et multilatéral. »
La multipolarité prend forme dans le monde : « Ces profonds changements systémiques inspirent certainement optimisme et espoir. »

À propos du système de sécurité.
La Russie doit élaborer son système de sécurité « égal et indivisible » en Eurasie. Moscou s’intéresse à ce que le dialogue sur ce sujet « soit sérieusement développé dans les murs de l’ONU ». À la fin du siècle dernier, le monde avait « une chance unique de construire un ordre de sécurité fiable et équitable ». La Russie s’y était engagée, mais l’Occident pensait différemment. La Russie a constamment souligné « le caractère erroné de la voie choisie par les élites occidentales » et a proposé des options et une solution constructive.

Le schéma occidental, « proclamé le seul correct pour assurer la sécurité », ne fonctionne pas, la « diplomatie à la manière de l’OTAN » donne le résultat inverse. Aucun pays au monde n’est à l’abri de rejoindre la liste des victimes de la « diplomatie occidentale ». La future architecture de sécurité doit être ouverte à tous les pays de la région : « Pour tous » signifie bien sûr aussi [pour] les pays européens et ceux de l’OTAN. »

À propos des actifs russes.
Toute tentative des pays occidentaux de s’emparer des avoirs russes sera un vol et ne restera pas impunie : « Malgré toutes les chicanes, le vol restera certainement un vol. » L’Occident a non seulement miné la stabilité militaro-politique dans le monde, mais a également discrédité les « institutions clés du marché ». « Il existe déjà une méfiance croissante à l’égard du système financier basé sur les monnaies de réserve occidentales. »

Sur les relations avec l’Occident.
Les relations de la Russie avec certains États occidentaux se sont détériorées, mais ce n’est pas la faute de Moscou.
Les déclarations de certains États européens sur l’intention de la Russie d’attaquer l’Europe sont « un non-sens absolu ».
"Si l’Europe veut rester l’un des centres indépendants du développement mondial et le pôle culturel et civilisationnel de la planète, elle doit certainement entretenir de bonnes et aimables relations avec la Russie."
La principale menace pour l’Europe n’est pas la Russie, mais la dépendance « critique » et « presque totale » à l’égard des États-Unis. L’égoïsme et l’arrogance des États occidentaux ont conduit à la situation actuelle extrêmement dangereuse : « nous nous sommes approchés de manière inacceptable du point de non-retour ».

À propos des ambitions américaines
Les États-Unis ne cessent d’essayer de maintenir leur statut impérial, mais cela ne fait qu’épuiser le pays et entre « clairement en conflit avec les véritables intérêts du peuple américain ». « Les hommes politiques européens avalent l’humiliation, l’impolitesse et les scandales en surveillant les dirigeants européens, et les États-Unis les utilisent simplement dans leur propre intérêt. »
Washington lui-même a abandonné l’Organisation mondiale du commerce, mais il exerce une pression sur ses concurrents et « pompe du jus » aux pays européens.

À propos des BRICS.
La Russie contribuera au processus d’intégration harmonieuse des nouveaux pays membres des BRICS dans les structures de travail et prendra les décisions nécessaires pour le sommet de Kazan. Le potentiel de l’organisation lui permettra, au fil du temps, de « devenir l’une des principales institutions de régulation de l’ordre mondial multipolaire ».


Voir en ligne : https://tass.ru/politika/21100649

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?