Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Repères et Analyses > Le rôle de l’ANC n’est pas seulement de soutenir les luttes mais d’aider à (...)

Le rôle de l’ANC n’est pas seulement de soutenir les luttes mais d’aider à leur extension, à leur redimensionnement.

vendredi 7 février 2020

Compte rendu de l’assemblée générale du 25 janvier dernier.
Avec :

- L’introduction à l’AG du 25

- Le texte du message que Georges Abdallah nous a adressé à cette occasion

- Notre déclaration au sujet de la venue de Gaido en France

Notre AG a bien sûr pâti du contexte actuel au niveau de la participation mais pas du tout au niveau de la qualité des débats !
Elle a été entre autres l’occasion de rendre public notre déclaration sur les formes de lutte après les errements et absurdités entendues ici ou là sur le sujet.
Décision a été prise d’atteindre dans les meilleurs délais les 1000 membres au niveau national, objectif qui parait largement à notre portée si on s’y met toutes et tous.
Un rendez-vous important a été pointé dans cette période où l’électoralisme fait des ravages, le débat public du 15 février à Paris sur le thème il faut sauver les communes
Nous comptons sur toi pour relayer ces infos autour de toi, le bureau national se tient à ta disposition pour aider à l’organisation de réunions publiques dans ton coin
Reçois camarade nos fraternelles salutations

Introduction

Cette introduction, si nous en avons discuté les grandes lignes collectivement est pour beaucoup personnelle dans sa rédaction et mérite donc compléments et corrections de chacune et chacun.

La partie internationale étant traitée par Francis je n’en dirai rien si ce n’est pour ajouter une pensée pour le peuple de Palestine qui, malgré ses souffrances et le nettoyage ethnique qu’il affronte trouve la force de créer un syndicat affilié à la FSM et exempt de toute corruption

National

Juste un mot en guise de transition sur la Palestine. Nous nous impliquons dans la campagne BDS y compris financièrement mais nous devons faire encore plus : pourquoi ne pas créer sur notre site une rubrique solidarité internationale avec une sous rubrique BDS ? Cela nous permettrait de publier les infos régulières que donne BDS. A voir avec le collectif puisque Boualem va participer aux travaux du collectif national et fera un retour à l’ANC.

Puisqu’on parle de la Palestine comment ne pas penser à Georges Ibrahim Abdallah qui est dans sa 35ème année de détention et qui nous a adressé un message que nous lirons ce soir aux vœux et que nous mettrons sur nos sites bien sûr ? A ce propos on vous informe que l’ANC s’est engagée au co-financement de deux films à sortir sur son combat. Au plan politique on est pour l’instant la seule organisation, cela soit dit sans aucune volonté de gloire de notre part mais plutôt un constat de désolation de voir que nous n’avons pas tous les mêmes priorités…

Sinon l’actualité est marquée par le mouvement actuel qui va bien plus loin que les retraites et c’est en tout cas comme cela que le porte une partie grandissante de la CGT. Il ne pourra d’ailleurs perdurer et s’amplifier que si sont mis en avant, non des appels incantatoires à la grève générale, mais un travail patient de conviction sur la nécessité que se mobilisent l’ensemble des forces vives du pays, non pas sur la seule question des retraites mais sur des aspects revendicatifs qui concernent toutes les catégories de notre classe et plus largement sur un choix de société, sur la nécessité de se débarrasser du capitalisme et la mise en confiance des possibilités d’y arriver.

Et là nous avons un rôle important à jouer en tant qu’ANC.

Bien sûr cela demande d’abord un patient travail syndical, que la CGT fait comme elle le peut dans nombre d’entreprises. Mais cela demande aussi, non seulement de l’étendre dans un maximum d’entreprises quelle que soit leur taille, mais aussi un travail important chez les plus exploités, les plus dominés, souvent le plus loin de toute organisation et de possibilité de se rebeller et cela relève au premier chef des militants politiques que nous sommes ou voulons être.

A ce propos je vous propose que l’ANC depuis sa place et sans s’immiscer dans le débat interne syndical affirme dans la déclaration qu’on vous soumet pour corrections et ajouts éventuels, qu’elle soutient toutes les formes d’action que le combat de classe se donne, que son repère n’est pas la légalité mais la légitimité, qu’elle fait confiance aux travailleurs pour leurs choix sur les formes d’action et le moment de les mettre en œuvre et qu’elle sera du soutien le plus déterminé si des forces de répression veulent s’exercer.

Dans un pays qui a fait de la destruction d’une prison où étaient aussi enfermés des droits communs, sa fête nationale, il est cocasse de traiter de délinquants des camarades qui luttent pour le progrès social.
Le rôle de l’ANC n’est pas seulement de soutenir les luttes mais d’aider à leur extension, à leur redimensionnement.

Comment peut-on être crédible si nous ne mettons pas aussi en mouvement les plus écrasés ? Comment le mouvement pourra-t-il gagner et pas retomber comme un soufflet si nous n’armons pas idéologiquement les travailleurs ? Ne pas le faire serait prendre le risque que cela s’arrête à la moindre pseudo progression ou plutôt ralentissement de l’attaque comme sur l’âge pivot ou autre pseudo gain sur la pénibilité ou encore que la fatigue, le fatalisme et le découragement prennent le dessus.

Là-dessus le rôle du politique est déterminant pour la perspective de changement de société qu’il offre au-delà des luttes actuelles.
On a raison de dire qu’il n’y a rien à négocier mais encore faut-il l’argumenter et mettre en avant des propositions, nos perspectives.
Non pas des rêves détachés de la réalité concrète et difficile que vit le monde du travail de ce pays, mais des pistes s’ancrant dans celle-ci.

Nous avons su le faire dans le commerce où, dans la foulée de l’action des camarades de Carrefour, la question de la nationalisation de la grande distribution, est posée par l’ANC. Cette position ouvre une porte sur l’avenir à partir, non pas de livres théoriques bien appris, mais de luttes qui font monter la conscience de classe et posent la question du débouché politique.

Nous devons le faire en grand et de façon générale à partir du mouvement sur les retraites et les questions de société qu’il pose.

Une parenthèse sur dictature et démocratie en style télégraphique :

Affolement du pouvoir, Macron fait du mauvais De Gaulle en 68 et la chienlit et du mauvais Chirac en Israël
Démocratie ?
Plus sûrement monarchie élective avec des conditions d’élections empêchant l’expression
démocratique
Tant qu’il y aura la 5ème constitution la France ne sera pas une démocratie.

Il me semble qu’il faut travailler rapidement une déclaration de l’ANC qui pourrait dire en substance (c’est à discuter) :
 Oui à un système qui pose comme préalable l’universalité du droit : droit à la retraite à 60 ans avec un revenu minimum égal au SMIC que nous revendiquons
 Oui à un calcul universel de pensions pensé sur la meilleure période d’activité et permettant l’égalité entre le public et le privé
 Oui à une échelle mobile des salaires (que la « gôche » nous a supprimée en 1982) et des pensions système universel de garantie des revenus de toutes et tous
 Oui à un système universel de retraites par répartition qui garantisse aux travailleurs migrants la même pension qu’ils restent en France à leur retraite ou qu’ils rentrent dans leur pays d’origine
 Oui à un système universel porté à 100% par la sécurité sociale dans laquelle on intègrera les mutuelles actuelles et l’assurance chômage comme c’était prévu en 1945
 Oui à un système universel qui ne veuille pas dire uniformité et permette aux branches d’activité qui le désirent de cotiser plus pour une meilleure retraite sans qu’elles soient ponctionner pour le service général comme c’est le cas aujourd’hui pour la caisse de l’énergie et sera le cas demain pour d’autres professions
 Oui à un système universel, garantissant aux étudiants qui poursuivent de longues études de percevoir un salaire qui leur assure des cotisations comptant pour leur retraite
 Oui à un système universel qui tienne compte dans ses calculs de l’accroissement considérable des gains de productivité horaire permis par l’évolution technologique depuis 1945 et de ce fait devrait modifier totalement l’assiette de cotisations.

Dire tout cela c’est faire preuve de courage politique et assumer d’être à contre-courant s’il le faut.
Il nous faut en permanence nourrir ce va et vient entre action à l’entreprise ou dans la cité et perspective politique. L’un nourrit l’autre. C’est ce lien dialectique entre l’organisation de masse, syndicale ou associative et organisation politique que l’ANC s’attache à développer depuis sa création.

Comment à ce passage de mon intervention ne pas repenser au propos du secrétaire général du SACP, le parti communiste d’Afrique du sud, disant au congrès de la FSM ?
« Les difficultés du continent sont dues à la faiblesse de l’organisation des travailleurs et des paysans… ici l’impérialisme voudrait créer un gouffre entre le SACP et la COSATU. Ils ont voulu le faire en Europe ils ne le feront pas ici… Le capitalisme est notre premier ennemi, mais vous Syndicats jaunes vous devrez affronter la vérité… [et nous SACP] nous devons dire toute l’importance de la FSM qui est une arme décisive pour tous les travailleurs du monde »
Voilà un propos aisément transposable en France.

C’est en ayant en tête cette démarche, cette stratégie, ce que l’on a appelée longtemps dans le mouvement ouvrier la stratégie des deux jambes avant que le mouvement ne devienne unijambiste, c’est en ayant en tête qu’il nous faut construire une organisation communiste de notre temps ancrée dans les luttes et les réalités de ce monde que nous devons avoir une expression et une action en direction des grands secteurs d’activité de notre pays mais aussi en direction de la jeunesse, des chômeurs et précaires, des quartiers populaires, des salariés des petites entreprises.

Il nous faut unir dans un même combat le droit au travail, au logement, à la sécu, à la paix, à l’égalité des droits, la lutte contre le racisme, les discriminations de toutes natures et les violences policières…

Il nous faut situer notre action dans le monde en ayant en tête en permanence le « agir local, penser global » de René Dubos que les écolos de tous poils se sont appropriée dans une vision mondialiste opposée à la notre qui est internationaliste c’est-à-dire qui ne nie pas les nations mais au contraire s’appuie sur les richesses de chaque peuple, avec ou sans état, pour développer un monde vers le progrès partagé dans toutes ses composantes, technologiques et sociales.

Dans notre pays où les directions des organisations historiques du mouvement ouvrier ont perdu une grande partie de ses repères de classe ou parfois, pire, les ont troqués pour des valeurs sociétales amenées par le combat idéologique du grand capital, il ne faut pas s’étonner que la petite ANC se trouve si souvent seule en tant que force politique à être à l’initiative de cet aspect du combat qui lie l’internationale et le local.

C’est bien souvent le cas pour la Palestine et Georges Ibrahim Abdallah, pour Julien Assange, pour le Venezuela et la Bolivie…

Dans ce combat il nous faut prendre en compte que des années de gestion de la fausse gauche ont peu à peu effacé le clivage droite/gauche et ce faisant ont tué l’espoir.
Les forces vives du progrès social se sont soit, dans le meilleur des cas réfugiées dans le seul syndicalisme ou mouvement associatif, soit ont totalement baissé les bras.

Le résultat c’est que quand on veut, comme on le fait, s’intéresser à la chose politique, on ne sait guère faire plus que s’informer, avoir des moments d’expression politique, mais, pour certains d’entre nous, on ne sait plus militer politiquement, avoir une activité à l’entreprise ou sur le quartier.
C’est cela qu’il nous faut réapprendre ensemble.

Apprendre à le faire en gérant le reste. Non abandonner le syndical ou l’associatif pour ne faire que du politique ce qui rapidement conduit à la politicaillerie électoraliste, mais au contraire se nourrir de l’activité de terrain pour construire des réponses politiques de long terme avec celles et ceux que nous côtoyons au quotidien ou dans des initiatives.

Nous l’avons dit et c’est en quelque sorte notre ligne de conduite : en permanence nourrir le lien dialectique entre le syndical ou l’associatif et le politique afin qu’ils s’enrichissent mutuellement.
On est dans une période de progression de l’ANC et de son implantation dans un certain nombre de départements. Bien sûr ce n’est pas un raz-de-marée, mais la progression existe : quelques exemples :
 Progression à Paris en particulier dans la lutte autour du collectif du 18ème
 + 70 adhésions de date à date 2019-2020 dans le 13
 Des antennes en cours de création dans le 84,83,66, 04, la Corse, le Rhône…
Une activité qui reste à conforter dans le Gard, l’Hérault, l’Aude,
Des camarades qui nous contactent de Bretagne et d’autres régions et qu’il nous faut aider à s’organiser.
Pourquoi pas un tour de France de camarades de la direction nationale afin d’aider à ce développement ?

On a aussi fait effort pour avoir une expression par secteur professionnel. Vous trouverez des tracts à diffuser physiquement ou par voie numérique
Notre seul frein c’est le manque de forces militantes qu’il s’agisse des animateurs locaux ou des dirigeants nationaux. Nous avons d’ailleurs eu du mal à réunir le CN ou même à la faire fonctionner à distance et quand on connait les camarades.
C’est bien là-dessus que nous devons avancer.
Pourquoi ne pas se donner une cible géographique (quartier…) et/ou professionnelle par département ?
Pour une distribution physique il suffit d’être deux et par Internet…
Pouvons-nous décider ensemble d’un plan de travail en ce sens ?

Après tout si on prend l’exemple du 18ème c’est bien au cours de notre réunion du printemps dernier que nous avons décidé de nous y investir avec les premiers résultats prometteurs que l’on voit apparaitre.
Il faut maintenant que des camarades se proposent pour être animateurs et/ou animatrices tant au plan géographique que dans les domaines pointés afin de convaincre et pas seulement informer, des camarades du secteur géographique ou professionnel d’abord de s’engager dans l’activité. C’est sans doute un travail de longue haleine mais il sera nourri par la pratique. Si chaque secteur choisit une cible c’est immédiatement plusieurs lieux où seront distribués nos tracts départementaux (et pourquoi pas locaux) et des secteurs professionnels qui pourront nous lire.

On a toute une liste d’outils : à vous de décliner leur utilisation.
Là où ça a commencé donnez vos expériences.


Un mot sur les municipales prochaines


Tout d’abord de façon générale du côté des forces dites de progrès, nous avons vu fleurir en France des listes dites citoyennes qui étaient en fait de faux-nez d’une résurgence de ce qui s’est successivement appelé naguère, union de la gauche, gauche plurielle et qui a mené partout une
politique qui n’a guère fait la différence avec la droite et a ainsi alimenté le dégoût et les désillusions qui nourrissent la montée des refus de vote et en miroir la progression en pourcentage du RN.

Partout ce qui domine c’est la tambouille avec des alliances à géométrie variable, des forces politiques qui se déchirent essentiellement sur des questions de personnes et de fauteuils et quand il y a union elle est avec le PS avec un contenu des plus discutables…

Encore une fois il nous faut le redire, ce n’est pas le principe de l’union en soi que nous remettons en question, mais le fait qu’elle se fasse trop souvent au détriment de l’identité. Que dire de ces listes où tous les sigles ont disparu ? Ou les mots socialisme, lutte contre le capitalisme sont devenus des mots fossiles et enfin, comble du comble, ces listes qui s’ouvrent jusqu’ au MODEM ou à la REM comme c’est proposé à Marseille et ailleurs par des candidats dits de « gôche » ? !

Dans ce bordel nous avons d’abord sorti le texte Union de la gauche ou soulèvement populaire (validé par nos estivales) puis, à Marseille où nous avons une légitimité pour le faire, la lettre ouvertes aux organisations du 13.

À noter qu’aucune force n’a répondu à notre lettre qui portait uniquement sur le programme et non sur la composition des listes…mais que par contre des camarades s’en sont servi ailleurs comme à Mèze, en région parisienne ou ailleurs pour en faire le support de leur contenu de campagne.

Sur ce sujet et pour ne pas en rester aux considérations électorales, nous vous rappelons notre réunion nationale du 15 février qui porte bien sur l’enjeu de défendre la commune au-delà de la seule question de la prochaine échéance électorale.


Cher« e »s Camarades, cher« e »s ami« e »s,


M’adresser à votre assemblée (AG) aujourd’hui, de ma cellule ici, m’honore au plus haut degré.
Pour commencer, permettez-moi d’abord de vous souhaiter à vous tous, ainsi qu’à vos familles, le Meilleur pour ce 2020.

Certainement ce nouvel an s’annonce sous les meilleurs auspices. Un peu partout dans le monde, les masses populaires s’affirment plus que jamais, comme principale force agissante avec enthousiasme et détermination. Par vagues, des dizaines de milliers voire des centaines de milliers, des femmes, des hommes, battent le pavé sans relâche pour dénoncer l’aggravation de leurs conditions existentielles précarisées ; les voilà, ils investissent les places publiques depuis plusieurs mois pour défendre les quelques acquis sociaux conquis de hautes luttes.
Des vagues des jeunes et des moins jeunes, de divers horizons, les voilà aussi, ils continuent à exprimer leurs souffrances, leurs émotions, leur rage et leur révolte contre leurs conditions existentielles désormais humainement insupportables ; ils dénoncent pêle-mêle, mais avec vigueur, les injustices, la répression bestiale, la corruption et l’incurie des autorités ; en quelque sorte, ils nourrissent l’espoir à leur façon, d’en finir avec ce système moribond d’exploitation et de domination ; ce système qui n’est plus que destruction et gaspillage.

Destruction de l’Humain et gaspillage des ressources. Un peu partout Camarades, non seulement ici dans votre pays mais aussi et surtout ailleurs en Algérie, au Liban, au Soudan ou en Irak, au Chili ou en Inde, les masses populaires sortent de leur torpeur.
Tous les espoirs sont permis.
Le système capitaliste dans sa phase de putréfaction avancée n’est plus que barbarie… Les tenants du néolibéralisme ainsi que les divers gouvernements au service du capital mondialisé n’ont plus rien à offrir aux masses populaires sinon la misère et la guerre…D’un pays à l’autre, la contestation ne cesse de se propager et de s’épanouir en soulèvements quasi insurrectionnels d’un type particulier.

Toujours est-il, comme par enchantement, ils demandent désormais des comptes à ceux qui se croyaient intouchables. Et du coup, une nouvelle époque commence à se former et se structurer devant nos yeux et tant d’espoirs commencent à se profiler à l’horizon.
Certes, il ne suffit pas que les masses populaires investissent les places publiques pour vaincre et en finir avec le système.

Certes, le bloc social révolutionnaire ne peut vaincre qu’en se débarrassant de toutes les scories de la bourgeoisie ; c’est justement dans la lutte et à travers la praxis de la lutte de classe qu’il se construit et s’achemine vers la victoire. C’est pourquoi d’ailleurs tous les espoirs sont permis.
Il suffit de regarder dans les rues de votre pays ainsi qu’ailleurs de par le monde pour se rendre à l’évidence les mobilisations des masses populaires qui ont fleuri tout au long de 2019, sont dorénavant plus fortes et plus prometteuses.

Tout naturellement c’est aux communistes de s’acquitter de leur principale tâche à savoir être toujours présents dans les premiers rangs face à la répression et être « dans la pratique, la fraction la plus résolue des partis ouvriers de tous les pays, celle qui pousse toujours plus loin… »

Camarades, ne perdons jamais de vue que Le bloc historique des travailleurs se construit et se structure dans la dynamique globale de la lutte de toutes ses composantes. Ce n’est qu’ensemble, et seulement ensemble que les prolétaires et les diverses composantes des masses populaires de ce pays, vaincrons.

Camarades ! La bourgeoisie arabe dans sa plus grande majorité a choisi son camp sans fard… Plus que jamais les masses populaires palestiniennes, en dépit de toutes les traitrises de la bourgeoisie, assument son rôle de véritable garant de la défense des intérêts du peuple.
Tout naturellement les masses populaires palestiniennes ainsi que leurs avant-gardes combattantes en captivité, peuvent compter plus que jamais sur votre solidarité active.

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et sa prometteuse Résistance.

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce et aux Philippines et ailleurs de par le monde ! La solidarité toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !

La solidarité toute la solidarité avec les prolétaires en lutte ! Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !

À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes ! Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions ! Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

À vous tous Camarades mes Meilleurs Vœux de Bonne Année Votre Camarade Georges Abdallah


Le tartufe vénézuélien cher à Macron

Alors que le gouvernement du Venezuela a été régulièrement élu, tout comme celui de Bolivie d’ailleurs, le gouvernement français a décidé de ne plus le reconnaître mais de reconnaître à sa place un imposteur en la personne de Juan GAIDO, qui s’est autoproclamé président du Venezuela.

Au-delà du fait que cet homme est un valet de l’impérialisme en particulier US, il ne représente non seulement rien du point de vue des institutions du pays, mais en plus il ne représente rien du point de vue de la dynamique populaire et toutes ses tentatives de mobilisation de rue, malgré les moyens immenses déployés avec l’aide du capital international, se sont soldées par l’échec.

Nous réaffirmons qu’il appartient au peuple du Venezuela et au gouvernement élu par lui de décider de ses représentants. La légitimité des représentants du peuple du Venezuela se décide à Caracas et pas à Paris ou à Washington.

Nous condamnons donc sans réserve l’accueil qu’a réservé le gouvernement Macron à ce tartufe. Accueil d’autant plus hors de propos qu’au Venezuela même il a été dépossédé par ses propres amis des titres qu’il s’était octroyés.

Que l’impérialisme le veuille ou non, le processus bolivarien ne sera pas arrêté parce que le capitalisme international l’a décidé.

Gaido dehors !

Paris 25 01 2020

   

Messages

  • 1. Le rôle de l’ANC n’est pas seulement de soutenir les luttes mais d’aider à leur extension, à leur redimensionnement.
    8 février 2020, 21:16 - par RICHARD PALAO


    Entièrement d ’accord avec les propositions de l ANC concernant les retraites et la mise en place d’un vrai système universel prenant en compte la diversite des metiers et des statuts , entièrement d’accord egalement avec le 100% securite sociale , c est pourquoi en plus de l integration des mutuelles et de l assurance chômage je propose également l integration des retraites complémentaires afin de financer une retraite au minimum a 60 ans pour tous au moins égale au SMIC avec des departs anticipés pour les activités pénibles ....

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?