Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Billets d’humeur > Qu’alliez-vous faire, Annette, dans cette galère ?

Qu’alliez-vous faire, Annette, dans cette galère ?

samedi 28 avril 2018 par Dominique Vidal

Annette Wieviorka, je vous connais depuis des décennies et j’ai pour vous sincèrement beaucoup d’estime intellectuelle : on compte sur les doigts d’une main les meilleur(e)s historien(ne)s de la Seconde Guerre mondiale et du génocide nazi. Mais...

J’ai écouté en replay le « Téléphone sonne » de France Inter auquel vous avez participé, le 24 avril, avec Anouar Kbibech, vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM). Ayant signé le Manifeste de Val et Valls, vous avez tenté de le défendre. Excusez-moi, mais, franchement, c’était pathétique.

https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-24-avril-2018

Vous avez, il est vrai, joué de malchance : le premier auditeur vous a interrogés sur le conflit israélo-palestinien. « Stupéfiant », répondez-vous : « Ce n’est pas le sujet. Nous parlons du nouvel antisémitisme et non d’Israël et de l’antisionisme. »

  • - Sauf que votre Manifeste parle bel et bien de l’antisionisme, qu’il amalgame scandaleusement avec l’antisémitisme.
  • - Sauf que nombre de vos camarades de signature nous expliquent depuis des années que l’antisémitisme tient à l’« importation du conflit israélo-palestinien ». À cette notion d’importation près (un rien complotiste s’agissant d’un pays qui compte, en Europe, le plus de Juifs et de musulmans et se passionne donc naturellement pour le Proche-Orient), il est indéniable que les massacres de Gaza, par exemple, suscitent plus de rage antisémite que tous les Versets contestés du Coran. Surtout quand des dirigeants irresponsables du CRIF justifient les crimes de Tsahal au nom des Juifs de France…

Ces sourates, parlons-en. Votre interlocuteur met « au défi » quiconque d’en citer une seule qui appelle au meurtre des juifs ou des chrétiens. Et d’expliquer l’effort nécessaire de pédagogie pour replacer ces textes dans leur contexte et travailler sur leur interprétation. Un peu larguée, vous avouez : « Je suis très très ignorante en matière de Coran. Je ne vais pas en discuter. » Mais, vous fait-on remarquer, vous avez signé un Manifeste qui en parle ? Alors vous soufflez : « On signe un Manifeste qui est très long. On le signe globalement. Sur chaque point, on pourrait discuter. » Donc c’était un point secondaire ?

Votre épreuve ne s’arrête pas là. Le débat évoque les religions qui, comme le judaïsme ou l’islam, n’ont pas de clergé, pas de Pape. Impossible d’imaginer un Vatican II juif ou musulman. « C’est vrai, reconnaissez-vous, l’islam ne fonctionne pas comme l’Église. Mais les musulmans doivent avoir de l’imagination et trouver leur voie propre… comme Vatican II. »

Votre interlocuteur écartant toute comptabilité morbide des victimes des violences, vous renchérissez : « Pas de comptabilité. » Mais vous ajoutez aussitôt : « Depuis 10-15 ans, les meurtres n’ont visé que des Juifs. » Poliment, Anouar Khbibech vous fait observer – pour la troisième fois, mais jusqu’ici vous ne l’aviez même pas entendu - que Merah a commencé par assassiner un soldat musulman. « Oui, dites-vous, mais dans une série qui aboutissait à tuer des enfants juifs. On n’a pas égorgé un imam dans un mosquée, mais on a égorgé le Père Hamel. On n’a pas tué des enfants musulmans dans une école musulmane. Il y a quand même quelque chose. »

Visiblement, chère Annette, vous avez pris de longues vacances à l’étranger en 2015 et 2016. Sinon, vous sauriez qu’un très grand nombre de victimes du Bataclan ou de Nice, entre autres, étaient musulmanes…

Et pourtant vous parlez, peu après, de « terrorisme intérieur et extérieur ». Et vous reprenez : « Il faut comprendre ce qui se passe. Je n’ai pas de réponses. » L’auditeur naïf doit se demander alors ce que vous faites au micro de France Inter et pourquoi vous avez signé le Manifeste. « Que se passe-t-il, poursuivez-vous, pour qu’une frange se revendiquant de l’islam devienne meurtrière. Y a-t-il un lien ou non ? Comment agir si on ne comprend pas ? »

Bref, vos formulations se font plus prudentes.

Hélas, un auditrice protestante conteste votre analyse. Vous lui rappelez alors – elle les avait certainement oubliés - les massacres perpétrés contre les Huguenots en France. Et ce souvenir vous arrache une conclusion lamentable. Qui commence bien « Il n’y a pas de religion meurtrière. » Et finit mal : « Mais il y a des périodes où des religions deviennent meurtrières. »

Des religions...

Pas un mot de Daech, pas un mot de la ghettoïsation des banlieues, pas un mot des discriminations et du racisme, pas un mot des préjugés racistes et antisémites, pas un mot de l’éclatement des familles et de l’effondrement de l’autorité paternelle, pas un mot de la délinquance petite et grande, pas un mot des crimes crapuleux, pas un mot des troubles psychiatriques qui se généralisent. N’importe quel psy, n’importe quel sociologue, n’importe quel animateur vous diraient pourtant que tous ces ingrédients - et d’autres - entrent, autant que la religion et l’idéologie, dans le terreau de la violence en général et de la violence raciste en particulier - y compris antisémite.

Mon souhait le plus vif, chère Annette : retournez écrire vos excellents livres d’histoire et laissez les Manifestes politiciens aux politiciens…

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.