Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Repères et Analyses > L’homme a créé les conditions parfaites pour cette pandémie

L’homme a créé les conditions parfaites pour cette pandémie

mercredi 13 mai 2020 par Omar Páramo /Francisco Medina

Le Covid-19 est le résultat de la perte accélérée de la flore et de la faune dans le monde.
Pour le Dr Gerardo Ceballos, il ne fait aucun doute que les maladies émergentes comme le Covid-19 sont le résultat de la perte accélérée de la flore et de la faune dans le monde. "Mon équipe et moi avons averti pendant des années que cela allait arriver, qu’une nouvelle pandémie se profilait à l’horizon, mais je n’aurais jamais imaginé que de mon vivant, je verrais une telle ampleur."

Pour expliquer comment la biodiversité sert de pare-feu à la propagation des maladies zoonotiques (c’est-à-dire celles qui passent des animaux aux humains), le chercheur de l’Institut d’écologie de l’UNAM demande d’imaginer un virus qui atteint un environnement où il y a 95 % des espèces qu’il ne peut pas infecter.

"Si cela se produit, parce qu’il n’est pas facile de trouver des individus à infecter, l’agent pathogène est rapidement dilué, mais lorsque l’homme déboise, contamine, introduit la flore et la faune dans de nouveaux environnements, fait le trafic d’animaux et perturbe l’habitat qu’il a devant lui, de nombreuses espèces non sensibles à l’agent pathogène disparaissent, celles qui le sont, prolifèrent et les épidémies se déchaînent. En d’autres termes, nous avons créé les conditions idéales pour que ce nouveau virus se propage rapidement et donne naissance à la crise sanitaire mondiale que nous connaissons aujourd’hui."

Le professeur Ceballos fait partie d’une équipe d’experts qui, dès 2015, a averti que la planète entrait dans la sixième extinction massive de son histoire, que la variété biologique disparaissait à un rythme entre 100 et 3 000 fois plus rapide que la normale, et qu’en cette occasion le coupable n’était pas une météorite - comme celle qui a anéanti les dinosaures - mais l’être humain.

"Toutes ces plantes et tous ces animaux fournissent les services environnementaux nécessaires à l’existence : la quantité et la qualité de l’eau dont nous disposons ou le bon équilibre des gaz dans l’air que nous respirons en dépendent. Nous pouvons dire combien il est triste que les orangs-outans ou les écureuils volants géants disparaissent, mais cela ne touche pas, et nous ne pourrions pas nous tromper davantage."

Pour comprendre l’ampleur du problème, le chercheur demande d’imaginer cette toile complexe de la vie comme un mur protecteur dont, chaque fois qu’une espèce disparaît, c’est comme si on enlevait une brique. "Bien que cela puisse sembler peu au début, à mesure que les trous s’accumulent, nous allons avoir plus froid, plus d’humidité, plus de sécheresse et de vent, et à un moment donné, le mur va s’effondrer et s’abattre sur nous".

Le 6 mai 2019, l’ONU a averti (par le biais de l’IPBES) que nous sommes confrontés à une menace égale ou plus pressante que celle du changement climatique : l’extinction imminente de plus d’un million d’espèces, chose jamais vue depuis que l’homme a foulé le sol de la Terre. "Une des conséquences de cette perte de biodiversité est l’émergence de nouvelles maladies. Pas une année ne s’est écoulée depuis que nous avons reçu cet avertissement et nous sommes déjà en proie à une pandémie. Ce n’est pas un accident".

Le comportement humain, et non un laboratoire, est responsable

Le 14 avril, dans le Washington Post, le chroniqueur Josh Rogin a suggéré que le SARS-CoV-2 aurait été créé à l’Institut de virologie de Wuhan, et a présenté comme preuve quelques câbles de 2018 où le personnel diplomatique américain a souligné les diverses expériences menées avec des souches de coronavirus et la mauvaise sécurité observée à l’époque dans le complexe chinois.

Pour le Dr Ceballos, le contexte de cette version est absurde, d’autant plus que le SARS CoV-2 a été étudié en détail, que son génome a été séquencé et que toutes les données génétiques indiquent la même chose : il est très similaire au RaTG13 (un virus présent chez les chauves-souris Rhinolophus affinis), avec une similarité entre les deux de 96%.

"Si la similitude était de 99,9 %, nous pourrions soupçonner une manipulation en laboratoire, mais la création de quatre pour cent d’une chaîne est scientifiquement et technologiquement impossible. Je suis surpris qu’il y ait des journaux qui optent pour ces versions sans considérer non seulement que le passage de la souffrance animale à la souffrance humaine est courant et s’est déjà produit auparavant - comme avec la peste noire ou la grippe espagnole - mais que ce phénomène s’est accéléré à un tel point que nous l’avons vu plus de 100 fois au cours des 40 dernières années, comme en témoignent le SRAS, le MERS ou la fièvre de Lassa".

C’est pourquoi, au lieu de se concentrer sur les théories du complot, l’expert demande de ne pas fermer les yeux sur les pratiques qui auraient en fait déclenché non seulement la nouvelle maladie, mais aussi sa propagation incontrôlée : l’exploitation des espèces et l’altération anthropique des habitats.

Presque toutes les recherches s’accordent à dire que le nouveau coronavirus a sauté de l’animal à l’homme pour la première fois sur le marché de gros des fruits de mer de Chine du Sud (à Wuhan), un marché humide où, en plus des poissons, des cerfs, des serpents, des castors, des porcs-épics, des crocodiles et d’autres animaux chassés illégalement ont été vendus, un fait qui, pour le professeur Ceballos, révèle un point neural de cette crise.

"Pour ceux qui n’ont aucune idée de ce à quoi ressemble un marché humide, il s’agit de sites dantesques où les cages sont placées les unes sur les autres et où il est courant de voir des chats et des chiens entassés les uns sur les autres et déféquant sur des ratons laveurs ou la créature qui est heureusement passée en dessous (pour donner un exemple). Au centre, il y a généralement une grande gouttière où coule sans cesse un liquide malodorant composé du sang et des détritus de ces créatures, car ces êtres sont également découpés à cet endroit."

Selon l’universitaire, il suffit de faire la somme : faune domestique et sauvage vivant côte à côte, environnements malsains et un va et vient des humains. Dans un tel scénario, à un moment donné, un virus ou une bactérie provenant des animaux va muter et se transmettre à l’homme.

Depuis 2017, le Dr Ceballos promeut l’initiative mondiale Stop Extinction dans le but de rassembler les gouvernements et les entreprises contre la disparition massive des espèces. En haut de la liste des actions proposées figure la lutte contre le trafic illégal d’espèces, ce qui - dit-il - ne serait pas si difficile à réaliser si la Chine adhérait sans restriction, car ce n’est que si ce pays évite cette pratique que le problème serait réduit de 70 %, "et si nous parvenons à convaincre le Vietnam et l’Indonésie, le pourcentage serait de près de cent."

Cependant, le spécialiste sait que cela implique de s’attaquer de front à une entreprise qui emploie 14 millions d’individus, vend plus de 100 millions d’animaux par an et génère des bénéfices annuels de 75 000 mmdd (plus que l’ensemble du marché du bétail américain), il anticipe donc une tâche pas facile.

"On croit généralement que le marché humide de Wuhan était un lieu pour les pauvres et c’est un mensonge, ceux qui y achetaient étaient des gens riches qui pouvaient payer 100 dollars pour une soupe de pangolin ou jusqu’à 100 000 dollars pour un kilo de récolte de totoaba. En Chine, il y a 300 millions de personnes riches et une classe moyenne importante et dynamique ; c’est pourquoi il est si difficile de démanteler cela, on parle de beaucoup d’argent."

Quartiers dangereux

Des cerfs japonais errant dans une ville semi-désertique à Nara, des lynx dans un parc du León, Guanajuato, des pumas à Santiago du Chili ou des sangliers se promenant dans une Barcelone sans habitants sont quelques-unes des notes qui ont fait la une des journaux ces jours-ci et, pour le Dr Ceballos, elles sont un signe inquiétant de la proximité de la faune avec les zones urbaines, avec l’homme et ses animaux domestiques.

"En se propageant ainsi, les humains et les animaux domestiques se sont mis à proximité des animaux sauvages, ce qui présente un risque, et cela aide les maladies à briser la barrière qui existe souvent entre les espèces. Un exemple qui nous touche de près est celui des jaguars, qui sont infectés par la maladie de Carré typique des chiens, et qui meurent".

Il y a quelques jours, le New York Times rapportait que des frelons asiatiques géants (insectes endémiques du Japon) venaient d’arriver aux États-Unis, déclenchant un signal d’alarme non seulement en raison de leur présence dans un endroit où ils n’ont pas leur place, mais aussi parce qu’ils mettent en danger la population d’abeilles, très réduite en Amérique. "Chacun de ces événements modifie l’équilibre naturel et il est plus probable que de nouvelles maladies apparaissent et se répandent", explique l’universitaire.

"Cela explique pourquoi, en ce moment même, dans le nord du Mexique, il y a une très dangereuse épidémie de fièvre hémorragique qui touche les lapins domestiques et menace d’extinction les indigènes, ou qu’en Chine, on signale de plus en plus de cas d’hantavirus, une maladie infectieuse qui est passée des souris sauvages aux humains."

Gerardo Ceballos a déclaré à plusieurs reprises que cette perte accélérée d’espèces, l’altération constante des habitats et le changement climatique pourraient conduire à un effondrement de la civilisation.

"Ce n’est pas une exagération, c’est un scénario réalisable et auquel nous devrions réfléchir ; la crise du coronavirus nous y oblige. Si nous commençons à y réfléchir, nous ne savons pas si, une fois la pandémie terminée, nous parviendrons à maintenir la cohérence économique, politique et sociale du Mexique, sans parler de celle du monde. Je crains fort que le coup porté en termes financiers et en termes de vies humaines soit si fort que nous sommes sur le point de voir des mouvements de violence civile non enregistrés en 100 ans."

Cependant", déplore le professeur, "alors que nous sommes distraits par d’autres choses, des dangers progressent en arrière-plan que nous ne remarquons pas, comme une infection des grenouilles qui sont entrées aux États-Unis en raison d’un trafic illégal et qui a causé non seulement la disparition de 200 espèces de ces amphibiens, mais une diminution de jusqu’à 90 % de leurs populations, ou une maladie typique des salamandres qui a couru de l’Asie à l’Europe, qui est sur le point d’atteindre les Amériques et qui, une fois ici, ferait pratiquement disparaître les variétés endémiques mexicaines".

"Chaque fois qu’une plante ou un animal disparaît, il n’y a pas de retour en arrière, nous sommes tous touchés et les dommages sont irréversibles. À cet égard, les extinctions sont plus graves que le changement climatique, car il peut encore être inversé, une espèce qui part ne revient jamais."

Quelque chose qui se préparait déjà

Dans la presse du monde entier, c’est un cliché de qualifier la crise de Covid-19 de "cygne noir" (c’est-à-dire un événement inattendu, catastrophique et difficile à prévoir), ce qui, pour l’auteur du concept, Nassim Nicholas Taleb, est "erroné et exaspérant" car depuis quelque temps déjà, les scientifiques entrevoient une grande pandémie à court terme et exigent de prendre des précautions. "C’est un cygne blanc", corrige le professeur de l’Institut des sciences mathématiques de l’Université de New York.

Le Dr Ceballos rappelle que dès 2007, une équipe de médecins de Hong Kong a publié un article d’une page entière mettant en garde contre la présence de grands réservoirs de coronavirus de type SARS-CoV chez les chauves-souris fer à cheval, ce qui, associé à la présence de marchés humides dans toute la Chine, créait les conditions idéales pour l’émergence d’une pandémie égale ou pire que celle qu’a connue le SARS en 2003.

"Nous avions déjà pris un risque avec cette première épidémie de SARS, qui était très grave et plus meurtrière que celle-ci, bien que moins virulente et qu’elle ait réussi à être contenue, et la même chose s’est produite avec le MERS. Malheureusement, nous n’avons pas retenu notre leçon et nous sommes ici."

Il existe également un autre article intitulé Inevitable or avoidable ? -(Inévitable ou évitable ?), comme en 2007, où le Dr Philip Hunter a demandé si nous étions prêts pour la prochaine grande pandémie et a conclu : "Pendant trop longtemps, nous avons négligé de développer des stratégies pour répondre aux urgences de santé publique et les communautés sont mal équipées pour faire face à des épidémies soudaines, sans parler d’une pandémie mondiale. Que le spectre d’une pandémie dévastatrice et imminente efface ce faux sentiment de sécurité et oriente les esprits et les budgets des gouvernements et des communautés de recherche vers la prévention du prochain grand fléau."

Malgré de nombreux avertissements, rien n’a été fait et cela a suscité de sévères critiques de la part de personnalités publiques telles que Nassim Nicholas Taleb, Bill Gates, Jane Goodall ou Jared Diamond, qui reconnaissent qu’il s’agit de la première de nombreuses pandémies, une notion avec laquelle le professeur Ceballos n’est pas d’accord.

"Lorsque nous aurons trouvé un vaccin, nous pourrons reprendre notre vie du mieux que nous le pourrons, même si l’impact social et économique se fera sentir pendant des années ; j’espère que le système ne s’effondrera pas. Quand je dis que je ne suis pas d’accord, c’est parce que nous ne pouvons pas nous permettre de penser que c’est la première de nombreuses pandémies à venir. Si nous en sortons, nous devrions considérer cela comme un dernier appel ; je ne pense pas que nous ayons la capacité de sauter dans d’autres événements similaires à l’avenir."

Traduction carolita d’un article paru sur Desinformémonos le 12 mai 2020

Source.


Voir en ligne : http://cocomagnanville.over-blog.co...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?