Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > International > L´abstention, fer de lance pour de nouvelles attaques au Venezuela

L´abstention, fer de lance pour de nouvelles attaques au Venezuela

dimanche 13 décembre 2020 par Yadira Cruz Varela

Dans leurs tentatives de délégitimer les élections législatives du Venezuela, les États-Unis, l’Union Européenne et leurs alliés en Amérique Latine invoquent aujourd’hui l’argument de l’abstention comme fer de lance pour discréditer le processus.

À la suite des élections du 6 décembre dernier, au cours desquelles la coalition du Grand Pôle Patriotique a remporté 253 sièges sur 277 à l’Assemblée nationale (Parlement monocaméral), les 31% de participation sont devenus le prétexte parfait pour intensifier l’ingérence contre la nation sud-américaine.

Bien que le phénomène de la faible participation aux élections soit courant dans le monde entier lors d´élections parlementaires, le fait qu’il en ait été de même au Venezuela a servi d’argument pour que les grands médias et les détracteurs du gouvernement bolivarien la manipulent pour de nouvelles agressions politiques.

Une question par ailleurs prévisible, en tenant compte des déclarations infondées sur des tentatives de fraude lors de l’événement, de prétendus signalement rejetés par l’aval de plus de 300 observateurs et accompagnateurs internationaux.

Quelques heures après la déclaration des résultats, le haut représentant de l’Union européenne pour la Politique étrangère, Josep Borrell, a déclaré que les élections ne remplissaient pas les conditions démocratiques en raison de la faible participation.

Que dire du Groupe de Lima ou de certains présidents de ses pays membres, mais un rapide coup d’œil sur les chiffres de participation électorale dans ces pays révèle les véritables intentions de ceux qui se plient à la politique de Washington et utilisent de tels arguments.

En Europe, considérée par certains comme la Mecque de la démocratie, la participation de ses citoyens à ce type de processus ne dépasse pas 50 % au cours des 20 dernières années, excepté en 2019, où elle n’a dépassé la majorité que d’un petit point, selon les statistiques officielles.

Des chiffres en moyenne, car si l’on se réfère à certaines spécificités comme c’est le cas pour les pays de l’Est, les pourcentages les plus élevés sont de 47 pour cent, et la moyenne ne dépasse pas 30 pour cent, comme c’est le cas de la Slovaquie, où à peine 20 pour cent des électeurs ont participé aux récentes élections.

L’Amérique Latine n’échappe pas à ce phénomène ; des pays comme le Chili, le Pérou, la Colombie et l’Équateur affichent une faible participation, sauf dans des cas comme le Pérou où le vote est obligatoire, le tableau ne diffère pas de celui du Venezuela.

Le faible taux de participation aux élections est utilisé comme un reflet du mécontentement et de la méfiance de la population à l’égard du gouvernement et du système électoral vénézuéliens, excuses réfutées par des experts et des observateurs internationaux.

Parmi eux, l’intellectuel espagnol Ignacio Ramonet, qui a assuré à Prensa Latina qu’il n’y avait aucune justification politique pour ignorer et déclarer illégitimes les élections législatives au Venezuela, car dans le monde entier, les élections législatives ont un faible taux de participation.

’Mais au Venezuela, moins de 50% des inscrits va voter, alors c’est le prétexte pour essayer de prouver que le processus est illégal’, a-t-il souligné.

Pour sa part, le responsable politique international du parti espagnol Izquierda Unida, Francisco Pérez, a souligné que ces positions ne sont que le résultat de politiques subordonnées à la Maison Blanche.

Dans le cas de l’Europe, il a souligné l’absence évidente de souveraineté de ceux qui prétendent être un continent avancé et démocratique.

’Chaque fois que l’empire ouvre la bouche et dit qu’il faut accepter quelque chose ils courent derrière, mais ils atteignent déjà des niveaux scandaleux, comme dans ce cas du Venezuela’, a estimé Pérez à cette agence.

Ils ignorent en outre la Constitution, qui stipule que l’élection de l’AN ne dépend que de l’élection des députés dans chaque entité fédérale au suffrage universel, direct, personnalisé et secret avec représentation proportionnelle, selon une base de population d’un virgule un pour cent de la population totale du pays.

De même, la Constitution est explicite en ce qui concerne le renouvellement du Parlement tous les cinq ans et son installation le 5 janvier suivant son élection.

Mentir ou utiliser des arguments absurdes, ceci importe peu les États-Unis, l’Union européenne et ceux qui jouent leur jeu dans leurs tentatives de renverser le président Nicolas Maduro, pour pouvoir mettre la main sur les richesses du pays et en disposer, comme ils l’ont fait au cours des cinq dernières années, avec l’aide des députés de la droite qui leur ait soumise.

peo/tgj/Wup/ycv

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=885265:labstention-fer-de-lance-pour-de-nouvelles-attaques-au-venezuela&opcion=pl-ver-noticia&catid=49&Itemid=101

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?