Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Le Groenland a rejeté l’exploitation minière lors des élections

Le Groenland a rejeté l’exploitation minière lors des élections

jeudi 8 avril 2021 par swissinfo.ch

Le résultat des élections au Groenland signifie la fin du projet de mine de terres rares et d’uranium de Kuannarsuit, soutenu par le gouvernement, dans le sud de l’île.

Un parti écologiste de gauche opposé à un projet minier controversé a remporté mardi les élections législatives au Groenland, territoire autonome de l’Arctique danois.

Inuit Ataqatigiit (IA), jusqu’à aujourd’hui formation d’opposition, a obtenu 36,6% des voix, soit 11 points de plus que lors de la précédente élection de 2018, selon les résultats définitifs.

"Merci à la population qui nous a fait confiance pour travailler en mettant les questions humaines au centre pour les quatre prochaines années", a déclaré son leader Mute Egede, après l’annonce des résultats.

Le parti IA a obtenu plus de 2 000 voix d’avance sur Siumut (29,4%), le parti social-démocrate qui domine la scène politique de ce territoire depuis l’autonomie décrétée en 1979.

La victoire d’IA signifie la fin du projet de mine de terres rares et d’uranium de Kuannarsuit, dans le sud du Groenland, que Siumut soutenait auprès du gouvernement.

L’IA a remporté 12 des 31 sièges de l’Inatsisartut, le parlement local, contre huit auparavant. Le Siumut a remporté 10 sièges, soit un de plus que dans la législature actuelle.

Le résultat le plus probable est que l’IA formera une coalition avec un ou deux petits partis sur cette immense île arctique de seulement 56 000 habitants.

Mute Egede, 34 ans, député depuis 2015 et leader de la formation écologiste depuis deux ans, pourrait devenir le plus jeune Premier ministre du monde, même s’il n’est pas un chef de gouvernement avec toutes les prérogatives habituelles de la fonction. "Je suis peut-être jeune, mais c’est aussi ma force", a déclaré Egede mercredi matin.

Après une victoire en 2009, c’est la deuxième fois qu’AI arrache à Siumut le titre de principal parti du Groenland.

Le Siumut, en déclin ces dernières années et affaibli par des conflits internes, a néanmoins obtenu un meilleur résultat que ce que les sondages avaient prédit.

Après avoir remercié les électeurs, Egede a annoncé qu’il allait immédiatement entamer des pourparlers en vue de former un gouvernement de coalition.

En opposition ouverte à l’exploitation du gisement d’uranium et de terres rares de Kuannarsuit, IA a l’intention d’arrêter le projet qui a déclenché une crise politique en février et conduit à des élections anticipées.

- Ne sacrifiez pas l’environnement

"Le message des électeurs est très clair : ils ne sacrifieront pas l’environnement au profit de l’économie", a déclaré Mikaa Mered, universitaire spécialiste des pôles à SciencesPo Paris.

L’IA s’est également engagé à signer l’accord de Paris sur le climat, que le Groenland est l’un des rares à ne pas avoir ratifié.

Le projet Kuannarsuit, porté par le groupe australien à capitaux chinois Greenland Minerals, est très risqué pour l’environnement, selon les opposants.

"La santé publique est la chose la plus importante. Nous savons que le projet aura des conséquences sur l’environnement", a déclaré M. Egede.

À Narsaq, une ville de 1 000 habitants du sud du Groenland, près de laquelle se trouve Kuannarsuit, IA a remporté une victoire éclatante avec 67,7 % des voix.

Selon un sondage publié lundi, 63 % des Groenlandais sont contre le projet Kuannarsuit, mais lorsqu’il s’agit de l’exploitation minière en général, la tendance est inversée (52 % en faveur, 29 % contre).

Depuis 2009, la gigantesque île recouverte de glace gère ses ressources naturelles, mais son budget n’est viable que grâce aux contributions du Danemark, qui contrôle la diplomatie, la défense et la monnaie.

Copenhague dit ne pas être opposé à l’indépendance, mais une émancipation totale priverait le Groenland des généreuses subventions danoises, plus de 520 millions d’euros (610 millions de dollars) par an, soit un tiers de son budget.

Ces dernières années, le Groenland a donc cherché à diversifier ses propres revenus, notamment grâce à la pêche, qui représente 90 % de ses exportations, à des projets miniers et même au tourisme.

traduction carolita d’un article paru sur OCMAL le 7 avril 2021


Voir en ligne : http://cocomagnanville.over-blog.co...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?