Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > L’anti-célébration : le jour où le soleil s’est arrêté

L’anti-célébration : le jour où le soleil s’est arrêté

mardi 13 octobre 2020 par elorejiverde

l y a 528 ans, les habitants d’Abya Yala ont fait face pour la première fois à ceux qui venaient de l’autre côté des Grandes Eaux. Au milieu de l’année 1492 du calendrier occidental, les premiers peuples de cette partie du monde, qui s’appellera plus tard l’Amérique, se trouvent dans un processus culturel qui est l’aboutissement d’une histoire de pas moins de quinze mille ans.

Le continent abritait une centaine de millions de personnes avec toutes les formes de vie imaginables, avec des visions du monde complexes et une richesse de connaissances.

Ils avaient formé des sociétés sédentaires qui vivaient en harmonie avec leur environnement, cultivant intensivement la terre - ce qui signifiait pour eux transformer le chaos en cosmos - et soutenues par une organisation sociale qui rassemblait des milliers d’individus, dans de véritables "économies de soutien". Certaines de leurs villes étaient les plus grandes du monde, avec des temples, des forteresses, des sanctuaires et des réseaux routiers d’une architecture remarquable.

Dans d’autres cas, sous le ciel ouvert des plaines infinies ou à l’intérieur des plus grandes selvas de la planète, des groupes de chasseurs, de cueilleurs et de pêcheurs parcouraient constamment les routes, non seulement à la recherche de la nourriture quotidienne, mais aussi dans le but existentiel de se sentir libres, légers, mobiles, sans être fixés nulle part.

Ils étaient les enfants de la Terre mais aussi du Ciel, avec un lien très fort avec le Haut et le Bas dans lequel les hommes et les femmes (toujours la dualité omniprésente) agissaient comme un axe, chargé de maintenir cette union indissoluble.

Il y avait parmi eux des astronomes et des mathématiciens qui ont inventé le zéro et mesuré le temps à l’échelle cosmique de milliers et de milliers d’années, dans des calendriers étonnants. Presque tous ont commercé entre eux, établissant dans certaines régions un espace pour tous, l’espace d’échange, de réciprocité et de rencontre quotidienne. Dans d’autres endroits, la rencontre n’a pas été pacifique mais par la guerre cruelle qui a parfois constitué presque un idéal de vie.

Tous invoquaient les dieux, les esprits de la nature et tout ce qui était mystérieux dans le Monde Invisible ; ils suppliaient les propriétaires des animaux, des rivières, des lacs, des montagnes ; ils demandaient conseil aux anciens, suivaient leurs chefs et étaient guéris par leurs médecins. Ils honoraient leurs morts et respectaient les anciens et les enfants. Ils enseignaient à leurs enfants les secrets de la communauté, transmis de génération en génération par le pouvoir unique de la parole. Ils ont joué. Ils ont aimé. Ils détestaient. Ils rêvaient. Dans certains cas, ils étaient solidaires et dignes ; dans d’autres, ils étaient mesquins et violents.

L’avenir, comme toute expérience humaine encore inconnue, était imprévisible. C’est pourquoi ils faisaient confiance au temps et à l’espace sacré et circulaire qui renouvelle tout, par le pouvoir des cérémonies et la célébration des rituels.

Les peuples autochtones vivaient une vie bien remplie et à chaque lever de soleil, la vie communautaire redevenait possible et le destin collectif un projet pour lequel il valait la peine d’être un homme et une femme de cette partie du monde. À chaque lever de soleil, les peuples autochtones vénéraient le Soleil, générateur de vie, de lumière, de chaleur et d’énergie.

Mais un jour, le soleil s’est arrêté.

Et ils sont tous restés immobiles. Dans certaines régions, ils les ont vus ; dans d’autres, plus à l’intérieur des terres, ils les ont sentis : d’autres hommes étaient venus d’autres terres, de loin. Ils étaient venus à eux. Ils étaient des étrangers et ont apporté des objets inconnus. Certains d’entre eux étaient porteurs de mort. D’autres symbolisaient des dieux ; ils ont même apporté des animaux jamais vus auparavant. Ils parlaient une autre langue. Ils avaient une couleur de peau différente. Et d’autres vêtements. Et une autre façon de marcher. Ils venaient d’au-delà des Eaux Mortes.
D’un autre monde.
Et ils ont continué à venir. Ils étaient venus à eux, irrémédiablement, pour rester pour toujours.

Lorsque le Soleil a arrêté son voyage, le signal était clair : un autre cycle s’était achevé, conduisant cette fois-ci à une longue période d’obscurité.

L’arrivée d’étrangers venus de l’autre côté des Grandes Eaux a provoqué l’anéantissement d’une grande partie du monde amérindien. Les Conquistadors interrompirent brusquement la vie de ces peuples qui furent jetés dans l’acte déraisonnable de l’extermination et leurs survivants contraints de s’adapter à une réalité diamétralement opposée à celle dans laquelle ils vivaient.

Depuis lors, la résistance, la lutte pour être eux-mêmes dans les nouvelles sociétés, la défense de leurs cosmovisions et la revendication de leurs territoires perdus ont marqué le chemin et leur destin en tant que peuples.

L’impact de la conquête est désastreux : un génocide qui a causé de très graves pertes humaines et la ruine de nombreuses cultures ; la perte de terres et de territoires ; la transmission de maladies inconnues qui ont exterminé des groupes ethniques entiers et ont été dans une large mesure la principale raison d’une chute démographique brutale de la population indigène ; la destruction systématique de trésors culturels ; la persécution et la tentative d’élimination de cosmovisions originales et de pratiques traditionnelles telles que le chamanisme, qui étaient fondamentales pour leur vie ; le pillage de l’or et de l’argent ; la désintégration de l’ethos communautaire et familial ; et l’incorporation compulsive à de nouvelles formes de travail dans des conditions dégradantes. ..les conséquences négatives du drame de la conquête constituaient une liste interminable de malheurs, de souffrances et de cruautés, dans une réalité historique dont il est aujourd’hui impossible de discuter.

La résistance aux conquérants après l’impact initial a été presque immédiate, se prolongeant pendant des siècles dans certaines régions, à travers des luttes et des affrontements qui perdurent encore aujourd’hui dans certains endroits.

Simultanément, de nombreux peuples ont gardé leurs territoires libres - les plaines d’Amérique du Nord et du Sud - et ce n’est que bien plus tard que les États nationaux respectifs les ont pris pour eux, après de longues et nouvelles luttes de conquête consommées à la fin du XIXe siècle.

Pendant ce temps, dans la grande forêt amazonienne, ses habitants d’origine ont également réussi à se préserver. Enfin, il y avait des espaces de métissage, qui s’inscrivaient dans une dynamique culturelle qui a jeté les bases des nouvelles sociétés américaines, constituées par les espagnols, les créoles, les métis, les indiens libres, les soumis et les africains amenés de force par l’autre grand drame humain de l’esclavage.

Chacune des sociétés américaines a eu - au-delà de ses propres caractéristiques - un processus similaire de construction d’un nouveau profil ethnique et culturel où les tentatives de nier, de marginaliser ou de rendre invisible les indigènes étaient la règle. Même les flux migratoires en provenance de différentes parties du monde qui sont arrivés sur ces terres au cours des XIXe et XXe siècles ont été utilisés par ces politiques d’invisibilité de l’État.

Mais en 1992, les célébrations et contre-célébrations à l’occasion du cinquième centenaire de l’arrivée des conquistadors ont marqué un tournant.

On a alors pris conscience de la conquête et de ses terribles conséquences. Il y a eu des événements tels que l’autocritique de l’Église catholique, l’attribution du prix Nobel de la paix - pour la première fois - à une personne d’origine indigène (Rigoberta Menchú Tum, une Maya-Quiché du Guatemala), la multiplication des débats, forums, congrès et publications en Amérique et en Europe, l’apparition de nouveaux mouvements indigènes qui ont dit au monde : "nous sommes ici"... "nous continuons à être ici..." et enfin, une législation internationale favorable qui n’a cessé de croître et de se multiplier, ayant des répercussions sur les peuples indigènes désormais assumés comme sujets de droits.

Aujourd’hui, les peuples indigènes traversent un nouveau Cycle, annoncé dans les prophéties de nombreux peuples, comme "la fin de cent ans de silence", ou "le retournement de la Terre (Pachakuti)" ou "la grande rencontre du condor, de l’aigle et du quetzal". Tous ces signes semblent converger en un message qui parle du retour aux valeurs ancestrales, et dont la portée transpose les frontières du monde indigène, s’incarnant dans une bonne partie d’un monde en crise qui trouve dans ces valeurs une clé pour un avenir commun.

Au-delà de toutes les situations critiques et des conflits chroniques qu’ils vivent encore, ce nouveau 12 octobre trouve les peuples indigènes debout. Ils ont réussi à maintenir, dans un processus de résistance humaine exemplaire, les identités et les visions du monde d’origine, en les recréant constamment, renforçant ainsi leur présence sur le continent.

En même temps, de plus en plus de personnes non indigènes prennent conscience que la formation de ces sociétés s’est également nourrie, et de manière prépondérante, de ce grand aspect original.

Le temps semble venir où nous commencerons tous à marcher ensemble, sans oublier l’énorme tragédie de la conquête ; mais en avançant dans la construction de sociétés plus humaines et égalitaires et fondamentalement plus harmonieuses dans leur relation avec la nature et l’univers et avec la fantastique biodiversité de la Terre Mère, notre maison.

Le Père Soleil est depuis longtemps revenu au firmament, illuminant, guidant, donnant chaleur et vie. Les peuples indigènes savent très bien qu’il n’arrêtera plus jamais sa marche comme en ce jour infâme de 1492. Mais ils savent aussi que marcher ensemble ne sera possible que sur la base du respect mutuel de leurs propres identités, sur la base d’une justice qui s’étend à tous et sur la base d’une diversité culturelle qui honore le fait de vivre ensemble en paix, permettant de jouir des différences, celles qui font la grande richesse de l’espèce humaine.

traduction carolita d’un article paru sur Elorejiverde le 12/10/2020


Voir en ligne : http://cocomagnanville.over-blog.co...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?