Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Vidéos de violences policières : Le Parisien lave plus blanc

Vidéos de violences policières : Le Parisien lave plus blanc

samedi 23 janvier 2021 par Frédéric Lemaire et Julien Baldassarra

Des manifestations des Gilets jaunes à l’affaire Michel Zecler, les vidéos de violences policières ont joué un rôle important pour révéler au grand jour les pires pratiques des forces de l’ordre. Des images souvent très diffusées sur les réseaux sociaux, et qui finissent par attirer l’attention des grands médias.

Sur son site, Le Parisien rend ainsi régulièrement compte des vidéos de violences policières. L’occasion d’informer sur les dérives du maintien de l’ordre ? Voire. Car dans ses commentaires et « mises en contexte », le quotidien se fait trop souvent l’écho de la communication policière, dans la plus pure tradition du journalisme de préfecture.

Pour rendre compte de la manière dont Le Parisien traite les images de violences policières, nous avons examiné les articles dédiés à une dizaine de vidéos depuis 2019. Le constat : le quotidien de Bernard Arnault donne systématiquement la parole aux autorités et à la police en réponse aux images ; quitte à euphémiser les violences ou à énumérer les éléments « à décharge » des policiers impliqués [1].

La parole à la préfecture

Dans un article daté du 2 mai 2019, Le Parisien revient sur la vidéo d’un CRS qui jette un pavé sur une foule compacte pendant la manifestation du 1er mai. Dès le chapô, le quotidien plaide le contexte pour justifier son geste :

Une vidéo montre un policier jeter un pavé à Paris lors du défilé du 1er mai. Selon une commerçante, des manifestants avaient lancé de nombreux projectiles sur les forces de l’ordre.

Les limiers du Parisien ont mené l’enquête… et elle est entièrement à décharge. Une fleuriste interrogée par le quotidien affirme que les policiers étaient la cible de jets de pierre (sans préciser s’il s’agissait de cet instant précis).
Et l’article d’avancer une suggestion :

On ne voit pas précisément le moment où le policier récupère le pavé, ce qui ne permet pas de savoir s’il s’agit d’un projectile qu’il vient de recevoir ou qui traîne simplement au sol.

Le reste de l’article (près de la moitié) s’attache à distiller les éléments de langage du Service d’information et de communication de la police nationale (Sicop). On y apprend que le geste du policier n’est pas forcément illégitime, tout dépend du « contexte »… Nul doute que le travail d’investigation du Parisien sera mis à contribution pour l’enquête interne.

Les autres commentaires du Sicop repris dans l’article sont à l’avenant : « On n’est pas sûr que le projectile ait atteint quelqu’un » ; ou encore « Si ce policier a jeté un pavé, c’est peut-être car il n’avait plus de grenades sur lui ». Quant aux manifestants, ils n’auront pas droit au chapitre dans l’article.

Un bijou de journalisme de préfecture.

Quelques mois auparavant, le 30 janvier 2019, le quotidien revenait sur la blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues. Les sources de l’article ?
Une vidéo tournée par des manifestants, et surtout le rapport d’un policier ayant reconnu avoir tiré au lanceur de balles de défense… mais pas sur Jérôme Rodrigues.
C’est également ce qui ressort des déclarations du ministère de l’Intérieur et des « sources policières », qui alimentent l’article : le gilet jaune n’aurait pas été touché par un tir de LBD.
Par quoi alors ? Mystère.

Pas un mot d’un témoin côté manifestant. Une phrase seulement revient sur une contradiction dans la déclaration du policier, qui n’aurait « pas mentionné le bon horaire » dans sa déclaration sur le tir. Pas suffisant, apparemment, pour susciter la curiosité des enquêteurs du Parisien…

La suite de l’article Ici : https://www.acrimed.org/Videos-de-violences-policieres-Le-Parisien-lave


Voir en ligne : https://www.acrimed.org/Videos-de-v...


[1Nous avons déjà plusieurs fois documenté comment Le Parisien se fait l’écho de la communication policière, par exemple dans notre article : « Confinement : Le Parisien coiffe le képi et surveille les quartiers populaires ».

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?