Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Actualité Politique et Sociale > Fin de semaine de luttes tout azimuts pour l’ANC Île de France.

Fin de semaine de luttes tout azimuts pour l’ANC Île de France.

lundi 25 janvier 2021 par ANC

Ce week-end a été chargé en luttes et en émotion pour les membres de l’ANC :
Samedi 14h : rassemblement à Paris devant Paris Habitat en soutien aux locataires de cet organisme « social » géré par la mairie de Paris…qui refuse tout dialogue
Samedi 15h : participation à la manifestation nationale pour l’emploi et contre les licenciements à l’appel de plusieurs organisations de la CGT.
Samedi 15h : Hommage à Krasucki avec le film de Mourad Laffitte « Une jeunesse parisienne en résistance » suivi d’un débat organisé par le Cercle Manouchian avec Pierre Krasucki et Jean-Pierre PAGE. A samedi soir plus de 3000 personnes avaient assisté à l’hommage. La diffusion du film continue sur les pages Facebook et Youtube de Compagnie Ouvrière de Production Cinématographique.
Dimanche 14h : à Paris rassemblement de soutien à Cuba
Dimanche 15h : à Paris encore Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah et de tous les prisonniers palestiniens.
Pour toutes ces initiatives nous avons tenu à être présents à la hauteur de nos moyens.
D’autres rendez-vous se profilent un peu partout en France et en particulier le 4 février : nous nous engageons à être aux rendez-vous.
Important aussi de continuer notre campagne « Plus un soldat français en Afrique » à l’heure où cette idée grandit dans l’opinion publique en France.

CGT Énergie Paris

19 janvier, 09:27

Aujourd’hui, sur tout le territoire national, nous, électriciens et gaziers, étions mobilisés contre les projets « Hercule », coté EDF, et « Clamadieu » coté Engie. Ces projets ne sont rien d’autre que la continuité de la privatisation du secteur de l’énergie qui représentent un grand bon en arrière, nous ramenant à un état du secteur antérieur à la nationalisation de 1946.

L’objectif de cette casse est uniquement de servir les intérêts privés de capitalistes n’ayant jamais supporté de voir ce secteur échapper à leurs appétits prédateurs de sociopathes, de même que notre Sécurité Sociale.

En dix ans, sous prétexte de « modernisation », le secteur de l’énergie est passé d’une industrie au service des usagers et cherchant à s’adapter afin de répondre aux besoins en énergie de la population à un système dans lequel l’usager est devenu un client devant s’adapter à la politique de l’entreprise, elle-même assujettie aux exigences de rentabilité des actionnaires.

Face à cet état de fait et aux enjeux de notre temps, nous revendiquons haut et fort la renationalisation de tous les secteurs de l’énergie et leur prise en main par les travailleurs et les usagers. Nous ne revendiquons pas cela par idéalisme mais par pragmatisme et expérience : les travailleurs qui connaissent leurs métiers et les usagers qui reçoivent les services sont les plus à même de prendre les décisions les plus conformes à l’intérêt de tous et sont les seuls à savoir ce que ces secteurs doivent devenir, comment ils doivent fonctionner et dans quels buts. Cette proposition de nationalisation exige d’éradiquer toute captation et accumulation de richesse pour des intérêts privés.

C’est pour porter ces revendications que nous avons symboliquement déposé des compteurs Linky et gaz aujourd’hui à Paris devant le siège de la République en Marche.

Nous avons ensuite rejoint nos camarades de la Culture et du Spectacle rassemblés à Opéra qui, comme nous défendent un secteur indispensable dans notre société et fondamental pour chacun d’entre nous.

CGT Énergie Paris


Logement social : organiser la pénurie et le dysfonctionnement.

La diminution des aides de l’État aux logements sociaux décidée et mise en application par les gouvernements successifs, de gauche comme de droite, prive les opérateurs du logement social, qu’il s’agisse des offices publics de l’habitat (OPH) pilotés par des collectivités territoriales ou des entreprises sociales pour l’habitat (ESH) de statut privé de moyens pour construire et rénover et les pousse à trouver les moyens de se financer dans le secteur privé.
Une telle évolution entraîne l’arrimage du logement social aux marchés fonciers et immobiliers.

L’ensemble des mesures adoptées ces 20 dernières années ont conduit à une diminution des aides de l’État à la pierre.
Elle n’a été que partiellement compensée par les collectivités qui ont été incitées par la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) à participer au financement du logement social imposant 25% de logements sociaux dans certaines communes. Cette obligation est rarement appliquée car elles-mêmes connaissent une dégradation de leur situation financière en particulier en raison d’emprunts ‘toxiques’, et elles sont alors contraintes de maîtriser leurs dépenses.
Dans le même temps, les coûts de la construction augmentent (gestion, construction, foncier) alors que les locataires voient leurs revenus se dégrader.

C’est dans ce contexte que s’est inscrite la loi ELAN (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) votée en 2018.
Cette loi a réduit considérablement les dernières aides indirectes de l’État ai logement social.

Le gouvernement Macron a supprimé l’APL, fondement de la loi Barre de 1977 qui était déjà une régression car elle remplaçait l’aide à la pierre par l’aide personnalisée, initiant un processus ségrégatif de plus en plus puissant au fil du temps. (près de 700 millions de recettes en moins).
Il a rehaussé la TVA de 5,5% à 10%, amputant les fonds propres des bailleurs sociaux de 800 millions d’euros.
Au total, les bailleurs enregistrent une perte d 1,5 milliard d’euros avec des dispositifs apparemment uniquement techniques.

Un autre dispositif de la loi prévoit que 1% du parc va être vendu chaque année. Les locataires n’ont pas les ressources pour s’acquitter d’une telle acquisition et comme n’importe qui peut se porter acquéreur, c’est l’entrée du loup dans la bergerie, les fonds d’investissement et les fonds de pension vont transformer ce qui était à l’origine une pure valeur d’usage en produit spéculatif. Ces logements vont transformer la structure du logement social par le mélange de copropriétaires et de locataires impuissants, rendant difficile la gestion et l’entretien. A terme, la vente à la découpe va dégrader l’ancien bien commun, chasser les locataires et faire verser le foncier dans l’escarcelle du privé.

Enfin, la loi Elan fait injonction aux différents bailleurs de se regrouper, l’État estime qu’ils sont trop nombreux et de trop petite taille. Cette concentration de moyens éloignera les gestionnaires du parc locatif social des résidents, rendant encore plus difficile l’entretien des logements, des espaces communs, les détériorant à la longue et les rendant invivables.

Comme à chaque fois que les gouvernements successifs ont voulu se « désengager » d’un bien ou d’un service public pour en réalité le privatiser, ils ont organisé la pénurie et le dysfonctionnement, justifiant pleinement a posteriori les objectifs fixés par les lobbies.

Ici celui de la promotion immobilière lorgne depuis longtemps sur 4 millions de logements du secteur social.

Badia Benjelloun
Pour l’ANC
Le 23 janvier 2020.


Pour la Libération de Georges Abdallah, Ahmad Sa’adat et les prisonniers palestiniens.

Parmi les multiples moyens qu’emploie l’occupant sioniste pour gérer sa colonisation de la Palestine, il y a l’incarcération des Palestiniens.
On sait que plus d’un adulte masculin sur deux a été emprisonné dans les geôles sionistes depuis 1967, au point que l’on considère que la prison est une université pour la résistance. Avec procès ou sans même de motif d’inculpation énoncée comme le permet le régime de la détention administrative léguée par le colon britannique.

Maltraitances, difficultés pour les parents des détenus de rendre visite à leurs parents (prisons situées en territoire de 1948, coût des transports, autorisations de visite octroyées avec parcimonie), tortures physiques et psychologiques, absence de soin en cas de maladie sont le lot des prisonniers et de leurs familles. Les manquements au droit selon la convention de Genève sont légion.

L’occupant incarcère aussi les femmes et les enfants, cueillant les mineurs à la sortie de l’école ou pris chez eux, réveillés en pleine nuit. Le traitement est toujours inhumain, surtout quand il s’agit d’enfances volées et meurtries, scolarité brisée, torturées avec des répercussions psychologiques difficiles à soigner à la sortie.

Saadat, chef du FPLP et membre du conseil législatif palestinien est un prisonnier politique kidnappé dans la prison de Jéricho par l’occupant alors qu‘il était sous la garde de l’Autorité palestinienne en 2006. Il a déclaré, nous n’avons pas le choix, c’est lutter ou mourir. Il a été emprisonné par l’Autorité palestinienne sous pression de l’occupant au prétexte qu’il avait été impliqué dans l’exécution en 2001 de Zeevi ministre du tourisme a en réponse à l’assassinat de Abou Ali Moustapha le précédent dirigeant du FPLP.

Le deal proposé par l’occupant est un échec, échanger le désencerclement de la Mouqataa où était assiégé Arafat contre l’emprisonnement de Saadat a été une tromperie car quelques années plus tard, Arafat malgré sa modération et ses contorsions pour négocier va être assassiné.
Nous ne pouvons que nous montrer solidaires avec ce communiste qui a récusé les accords d’Oslo, procédé d’enterrement des revendications légitimes du peuple palestinien.

L’Anc est fière d’avoir comme Président d’honneur le communiste libanais Georges Ibrahim Abdallah libérable depuis 1999 et toujours sous les verrous d’une prison française selon la volonté de Tel Aviv et des Usa.
Seule la résistance à l’occupation sioniste en Palestine, au Liban et en Syrie avec un nouveau rapport de forces au niveau international permettront la libération de la Palestine.

Et de tous les prisonniers palestiniens dont fait partie Georges.

L’établissement ou le rétablissement des rapports diplomatiques des États arabes signifie que les régimes corrompus et illégitimes à leur tête demandent protection à Israël puisque les Usa se désintéressent de la région et centrent leurs préoccupations sur l’Afrique et l’Asie. Quand des drones ou des missiles émis par les Houthis paralysent les activités d’extraction pétrolière en Arabie Saoudite et atteignent Ryad, cela en dit long sur la fragilité du bouclier américain sur le plus fidèle vassal Saoudien.

Actuellement ce sont la Turquie et Israël qui semblent être les exécutants d’un nouvel ordre dans la région, les exemples de la Libye et de l’Azerbaïdjan le prouvent.

Ces normalisations ont permis de clarifier les positions du parti PJD au Maroc, parti prétendu islamiste qui déclarait jusqu’à il y a peu que nouer des relations avec Israël était un crime civilisationnel. Les Marocains, attachés à la libération de la Palestine et à l’arabité de la ville d’Al Qods, savent désormais que ce sont des opportunistes et des traîtres. Cet épisode sonne le glas aux partis islamistes bourgeois.

Elles ont permis aussi que les rangs de la résistance palestinienne s’unissent à nouveau et font front commun contre l’occupant.

La permutation de Trump par Biden par les équipes qui gèrent le personnel au service des capitalistes ne changera rien dans l’Orient arabe. Il est possible même que les néoconservateurs sionistes qui ont refait surface après leur heure de gloire Bush-Obama et qui sont majoritaires dans les postes clés de la Défense, des Affaires Étrangères et de la Sécurité Intérieure réengagent de nouvelles les Usa dans de nouvelles agressions.

Les faits posés par l’administration précédente ne seront pas révoqués, »ils sont des faits accomplis » la reconnaissance de l’annexion du Golan, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale et le transfert de l’ambassade des Usa, les Houthis classifiés comme organisation terroriste.

La Palestine résiste à l’occupation et nous en sommes solidaires.
Nous nous associons à la campagne pour la Libération des prisonniers palestiniens lancée par la Fédération Syndicale Mondiale.

Badia Benjelloun
Pour l’ANC.
Le 24 janvier 2020.

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?