Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Actualité Politique et Sociale > Le monde du spectacle poursuit sa mobilisation avec l’occupation de l’Odéon (...)

Le monde du spectacle poursuit sa mobilisation avec l’occupation de l’Odéon et d’autres lieux de culture partout en France

mardi 16 mars 2021 par ANC

Le monde de la Culture se mobilise dans toute la France pour réclamer la réouverture des lieux culturels avec des occupations de théâtres, dont celui de l’Odéon. Roselyne Bachelot a jugé « inutile » et « dangereuse » cette démarche.
Voici la réponse des militants et des militantes de l’ANC.
Le théâtre de l’Odéon à Paris est occupé depuis le 4 mars 2021 sous l’ impulsion de la CGT Spectacle par plusieurs dizaines de personnes qui prennent part à la lutte pour les seules raisons qui les réunissent, à savoir la précarité et l’impossibilité de travailler en cette période de pandémie.

Ces secteurs sont entre-autre le spectacle vivant, la restauration, l’évènementiel, l’hôtellerie, et le cinéma. Tous ces secteurs sont durement touchés par la crise sanitaire et économique actuelle, conséquence de dizaines d’années de politique néolibérale menées par nos gouvernements successifs et orchestrée par l’ union européenne. Il n’est d’ailleurs pas anodin mais tout à fait pertinent d’occuper un lieu appelé « Odéon-Théâtre de l’Europe » .

Depuis le début de cette occupation, la solidarité s’ organise à l’extérieur et les soutiens affluent de tous les secteurs professionnels. Par ailleurs, des rassemblements quotidiens sont organisés par les occupants devant le théâtre tous les jours à 14h. Ces« Agoras » ont vocation à permettre à toutes celles et ceux qui luttent de prendre la parole. Le but est de créer des liens entre les travailleurs et les travailleuses en lutte pour se battre ensemble contre les offensives perpétuelles du gouvernement en marche et pour reconquérir nos droits sociaux.

Étonnamment, bien que l’ occupation ait été initiée par la CGT Spectacle et que la majorité des occupants soient des intermittents du spectacle, leurs revendications ne sont pas corporatistes ce qui démontre une vraie conscience de classe. Contrairement à ce qu’ on peut lire dans la presse, la réouverture des lieux culturels est loin d’ être une priorité. C’ est bien l’ ensemble des droits sociaux qu’ils entendent défendre et le retrait pur et simple de la réforme de l’assurance chômage.

Pourquoi ?

Parce que le fait que seulement 6 chômeurs sur 10 inscrits à Pôle Emploi soient indemnisés est scandaleux. Et qu’avec le second volet de la réforme qui va entrer en vigueur le 1er juillet, le gouvernement veut encore faire des économies sur le dos des chômeurs en baissant considérablement les indemnités des plus précaires.

Voici les revendications des occupants de l’ Odéon, portées par la trentaine d’ autres lieux occupés :

  • Retrait pur et simple de la réforme de l’ assurance chômage.
  • Prolongation de l’année blanche pour les intermittents du spectacle ainsi que son élargissement à tous les travailleurs précaires, extras et saisonnierqui subissent à la fois les effets de la crise et les politiques patronales. Mesures permettant aux salariés à l’emploi discontinu d’ accéder aux congés maternités et maladie indemnisés, ainsi qu’une baisse du seuil d’heures minimum d’accès à l’indemnisation chômage pour les primo-entrants ou les intermittents en rupture de droit.
  • Financement du secteur culturel passant par un plan de soutien massif à l’ emploi en concertation avec les organisations représentatives des salarié de la culture.
  • Octroi de moyens pour garantir les droits sociaux : retraites, formation, médecine du travail, congés payés, etc., dont les caisses sont menacées par l’ arrêt des cotisations.

En refusant de s’enfermer dans des revendications corporatistes (pourtant totalement légitimes), les travailleurs du spectacle et de la culture manifestent une volonté farouche de mettre la force et l’efficacité de leur fédération syndicale au service de tous les travailleurs précaires, privés d’emploi et intermittents, de plus en plus stigmatisés et insécurisés par des décennies d’attaques du patronat et des politiques néolibérales.

Par ailleurs, l’ organisation de l’Agora leur permet de mettre en perspective la casse de l’ensemble du service public (santé, énergie, éducation, chômage, culture , etc.) comme le résultat d’une même volonté du Capital : privatiser le secteur public et l’ ouvrir tout entier à la logique marchande c’ est-à-dire à l’exigence de profit, précariser et soumettre encore davantage les travailleurs.

Initié le 4 mars, le mouvement prend aujourd’hui de l’ ampleur : à ce jour, plus d’une trentaine de lieux culturels sont occupés partout en France. L’ANC se doit de soutenir et de s’associer à ce mouvement d’envergure et d’appeler à multiplier ce type d’ actions, dans tous les secteurs et dans tous les lieux de travail et de vie.

L’ ANC a à cœur de participer à la lutte en réfléchissant collectivement, en publiant mais surtout en agissant sur le terrain des luttes. C’est
pourquoi certaln.e.s de ses membres participent activement à l’ occupation de l’Odéon depuis le début aux côtés de la CGT Spectacle.

L’ ANC pense qu’ il est temps, qu’ au-delà du spectacle, le monde du travail se mobilise un maximum pour faire de cette occupation et de celles qui démarrent dans plusieurs villes de France, qu’ ils s’agissent des lieux culturels ou des entreprises en lutte pour l’ emploi, l’effet boule de neige dont nous rêvons depuis longtemps pour le bonheur et la liberté.

En d’autres termes, nous ne pouvons que nous joindre à l’ appel des occupants de l’Odéon :
« Occupons, occupons, ailleurs qu’à l’Odéon. Occupez, occupez, partout où vous voulez. »

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?