Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Films |  Adhésion

Accueil > Actualité Politique et Sociale > Fin de la grève au Centre de tri SYCTOM Paris 15- VEOLIA : Ce n ’est que (...)

Fin de la grève au Centre de tri SYCTOM Paris 15- VEOLIA : Ce n ’est que partie remise !

vendredi 22 octobre 2021 par ulcgt Paris 15

Depuis 10 ans trois sociétés se sont succédées au Centre de tri SYCTOM Paris 15ème : Coved, Ihol et Véolia au détriment des salariés. En effet, les travailleurs ont perdu de nombreux éléments de rémunérations, notamment des primes à l’occasion du passage à Véolia et les relations au travail se sont dégradées jusqu’à devenir délétères. Les écarts de salaires atteignent 250 à 300 euros par rapport aux autres centres de tri des différentes entités de Véolia en Ile-de-France. Le message que les travailleurs en lutte de Véolia ont fait passer est clairet net : à travail égal, salaire égal !

Ils ont porté les revendications suivantes :

• La revalorisation des salaires de 200 euros brut pour tous
• Une prime de qualité de 150 euros comme dans les autres usines du groupe Véolia
• L’augmentation des coefficients des salariés bloqués de puis plusieurs années.

Les travailleurs ont dit STOP à la discrimination, aux bas salaires, aux conditions de travail pénibles et au management autoritaire et infantllisant de Véolia.
Face à la détermination des travailleurs, la direction de Véolia n’a pas lésiné sur les moyens de répression. Véolia a payé des vigiles et des huissiers de Justice 15 heures par jour pour intimider les salariés et nourrir des rapports pour les assigner en Justice.
Ce "pognon de dingue" aurait pu servir à satisfaire en partie les justes revendications des salariés, mais Véolia préfère les investir pour conforter
sa domination.

Suite à un décès, les salariés étalent en deuil et ont décidé la reprise du travail le lendemain.
Malgré cela, la direction de Véolia ne respectant ni la décision de reprise, ni le deuil, n’a pas hésité à assigner 17 grévistes et un représentant syndical CGT des activités du déchet au Tribunal.

Face à cette intimidation, les salariés ont maintenu un rapport de force toute la journée pour arracher dans la nuit le retrait de toutes les poursuites judiciaires et les éventuelles sanctions.

Pendant une semaine, les travallleurs de Véolia se sont organisés sur leur lieu de travail en Assemblées Générales pour prendre en main leur grève et faire avancer leurs revendications.
Is ont pris conscience de leur force collective. Ils ont renforcé leurs lien et ont forgé leur combativité.

Ensemble, ils ont gagné la dignité collective, l’expérience de la lutte et le respect.

Nous remercions l’ensemble des soutiens militants qui se sont suc:cédé au piquet de grève pour soutenir les camarades en lutte.

Les raisons du déclenchement de la grève n’ont pas disparu : les revendications des salariés ne sont toujours pas satisfaites. La combativité des travailleurs sort renforcée.

Véolia n’est pas quitte avec les travailleurs du SYCTOM Paris 15ème !
Ce n’est que partie remise !

La force des travailleurs, c’est la grève !


Le tract de soutien de l’ANC

Grève de l’usine SYCTOM – VEOLIA Paris 15ème : À Travail égal, Salaire égal !

De privatisation en sous-traitance, de précarisation en contrat-poubelles, les ouvriers de l’usine de traitement des déchets SYCTOM à Paris 15ème ont vu leurs primes supprimées et leur statut rogné, alors qu’ils constituent une des 150 filiales de Veolia qui leur refuse ce à quoi ils avaient droit auparavant. Ce qui remet en cause le principe à travail égal, salaire égal. Au point où certains ouvriers ont désormais un coefficient salarial parfois en dessous du SMIC !

Les contribuables parisiens de leur côté continuent de payer des impôts censés financer un service public de qualité pour les usagers et des conditions de travail dignes pour les travailleurs, mais les pouvoirs publics fuient leurs responsabilités en recourant à une sous-traitance somme toute coûteuse, inefficace et multipliant les profits pour des exploiteurs sans scrupules.

C’est donc pour exiger la revalorisation de leurs salaires, le rétablissement des primes acquises auparavant et l’augmentation des coefficients salariaux bloqués que, après des mois de revendication pacifique, les ouvriers se sont mis en grève et ont bloqué l’accès à leur entreprise située au 62 rue Henry Farman.

La réponse patronale a été le refus de prendre en compte ces revendications. Tentatives illégales de briser la grève en faisant travailler des cadres méconnaissant les règles de sécurité, menaces à peine voilées contre les grévistes, tentatives de division et promesses vagues pour un avenir lointain, voilà la seule réaction de la direction.

L’Association nationale des Communistes exprime son soutien aux travailleurs de SYCTOM-VEOLIA qui ont donc décidé d’engager une lutte ardue au moment où ça craque partout dans le pays et que l’espoir d’un changement des rapports de force capital-travail renait chez les salariés grâce à la convergence des luttes des travailleurs et des usagers en faveur d’un système social garantissant leurs droits.

Nous appelons à soutenir ces grévistes en venant les aider à tenir leurs piquets de grève et en participant à leur cagnotte de solidarité :

https://www.onparticipe.fr/cagnottes/HHu4Anyj

ANC

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?